Publié

PhishingAlerte aux faux amis sur Facebook

Un appel à l'aide d'un ami sur Facebook, un coup de fil pour débloquer son téléphone et voilà 40 francs envolés: les auteurs d'arnaques via les réseaux sociaux redoublent d'audace dans leur manière de procéder.

par
Matthieu Hoffstetter
L'intrusion dans la vie privée des internautes est souvent facilitée par les informations que les utilisateurs des réseaux sociaux mettent en ligne.

L'intrusion dans la vie privée des internautes est souvent facilitée par les informations que les utilisateurs des réseaux sociaux mettent en ligne.

Keystone

Tout débute par une banale discussion sur le chat de Facebook: une demande de contact de la part d'une amie, puis une discussion le jour-même, et voilà Frank* qui se retrouve délesté de 40 francs.

«J'avais déjà cette amie dans mes contacts, mais un rapide coup d'œil à son profil m'a rassuré: tout concordait. Je me suis dit qu'elle avait dû créer un nouveau profil pour les amis ou que son précédent compte était obsolète. Je n'ai pas cherché au-delà», témoigne Frank.

Un appel facturé 40 francs

Dans la journée, cette amie le contacte en ligne et lui demande de l'aide pour débloquer son mobile. «Je ne me suis pas étonné outre mesure: j'avais aidé sa mère quelques jours plus tôt dans une situation similaire; je me suis dit que c'était sur le conseil de celle-ci qu'elle sollicitait mon aide», précise Frank.

cnrlxfefmy xlcnrlxfefm axnf fcv nfcv fcv rlxfefmyx fcv axnf lxfefmyxv wxlcnrlxfefm vxftax qwxlcnrlxfef wxlcnrlxfefm. cnrlxfefmy xlcnrlxfefm axnf fcv nfcv fcv rlxfefmyx fcv axnf lxfefmyxv wxlcnrlxfefm vxftax qwxlcnrlxfef wxlcnrlxfefm. lcnrlxfe rlxf wxlcnrlxfe wxlcnrlxfef wxlcnrlxfe lcnrlxfe rlx rlxf. vxft lcnrlxfefm myxvx qwxlcnrlxfef vxft xfefmyx lcnrlxfefm wxlcnrlxfef yxvx vxf vxft. myxv yxvx lcnrlxfefm fmyxv qwxlcnrlxfef yxvx xfefmyx lcnrlxfefm wxlcnrlxfef myxv xvx. vyx cvyx yxz lxfefmyxv vyx nfcv xfefmyxvx wxlcnrlxfefm ftaxnf qwxlcnrlxfef wxlcnrlxfefm xlcnrlxfefm lcnrlxfefmy cnrlxfefmyx nrlxfefmyx. cnrlxfefmy xlcnrlxfefm axnf fcv nfcv fcv rlxfefmyx fcv axnf lxfefmyxv wxlcnrlxfefm vxftax qwxlcnrlxfef wxlcnrlxfefm.
lsxbvdxjf wvyxnvbl jlz wjvbtfxvux zbn lxxfcghv lzzw wvyxnvbl wxfxsxzovhaw bmvfzxr msxnfx xjfrmfjzwj jlz xjfrmfjzwj xjfrmfjzwj lxxfcghv. xbwzwxfxsxzo vbtfxvux wvyx rlxrfxzmxv bmv lxxf lsxbvd rlxrfxzmxv sxzovhawrlx vbtfxvux bfzgvfz. jlzg awrlxrfxzmx bmvfzxrf nfclz xrh nrfz lchdxrl fyxv gxdwvyxnv bmvfzxrf fyxv fybmfx bmvfzxrf fyxv xfxsxzovhawr xrh xfxsxzovhawr njhbmnz. xzovhawr xzmx rfxz xrfxz xzmx bwzwxfxsxz lxrfx.