Actualisé 24.05.2019 à 15:47

Alerte sur l’hypersexualité d’élèves de 11 à 13 ans

France

Suite aux comportements déviants d'une quinzaine d'élèves, une principale d’un collège de Gironde a adressé un courrier choc à 600 parents.

par
R.M.
Le collège de Mios, en Gironde, pointe «la méconnaissance du caractère intime et privé de la sexualité» de certains élèves.

Le collège de Mios, en Gironde, pointe «la méconnaissance du caractère intime et privé de la sexualité» de certains élèves.

Les quelque 600 parents des élèves scolarisés dans le collège de Mios, en Gironde, ont reçu une lettre signée de la principale de l’établissement, Florence Maquin. Et elle ne fait pas dans la dentelle. Objet de la missive: «hypersexualité des élèves», relate France 3. Elle y parle d’élèves de 6e et 5e du collège, donc de 11 à 13 ans.

Voilà comment elle décrit les comportements d’une quinzaine d’élèves: «Visionnage de films à caractère pornographique, exhibitionnisme, masturbation dans la cour de récréation, attouchements des parties intimes, diffusion de photos dénudées ou vidéos sur les réseaux sociaux, réalisation de vidéos à caractère pornographique»…

«Mise en danger des enfants»

La principale explique ensuite que les élèves concernés ont été sanctionnés. Et qu’ils ont participé à des séances d’information. «Deux constantes ont été observées», écrit-elle encore, «la méconnaissance du caractère intime et privé de la sexualité, ainsi qu’une mauvaise gestion et usage des réseaux sociaux.» Ce qui engendre «un comportement inadapté au collège» et une «mise en danger des enfants».

Florence Maquin commente sur France 3: «aussi tôt, chez des 6e, je n’ai jamais vu ça». Et de préciser que des enfants ont accès à des contenus pornographiques «dès 10 ans et demi». Avec cette lettre, elle espère que les parents seront plus attentifs à ce que font leurs enfants en ligne, principalement sur des smartphones.

Exagéré? Trop alarmiste? Le collège a en tout cas reçu le soutien de l’association des parents d’élèves FCPE, relate la presse française. Et la principale a dit sa volonté de continuer son combat sur la question. Elle souhaite désormais que les gendarmes adressent des recommandations aux parents.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!