Football - Alex Frei: «Si on peut aider Xamax à s’en sortir, on le fera!»
Publié

FootballAlex Frei: «Si on peut aider Xamax à s’en sortir, on le fera!»

L’entraîneur du FC Wil se dit fier de «son équipe de gamins», qui a égalisé à la dernière seconde vendredi à Neuchâtel. Le club saint-gallois peut assurer son maintien mardi, tout en donnant un sacré coup de pouce aux rouge et noir.

par
Renaud Tschoumy
(Neuchâtel)
Alex Frei regarde vers l’avenir avec le FC Wil.

Alex Frei regarde vers l’avenir avec le FC Wil.

Freshfocus

À la fin du match, quelques secondes après l’égalisation de son équipe à Neuchâtel (le but du 2-2 est intervenu à la 94e minute vendredi soir à la Maladière), Alexander Frei (41 ans) a tenu à féliciter personnellement chacun de ses joueurs. L’entraîneur du FC Wil, meilleur attaquant de l’histoire du foot suisse (42 buts en 84 sélections), savait à quel point ce but égalisateur de Jones était important pour l’avenir de sa jeune équipe.

Xamax aurait fait un grand pas vers son salut en s’imposant, c’est désormais Wil qui tient le couteau par le manche. L’équipe saint-galloise (7e/36 points) recevra Chiasso (10e et dernier/32 points) mardi soir: une victoire, et elle sera sauvée, tout en donnant un sacré coup de pouce à la formation neuchâteloise. C’est d’ailleurs ce que souhaite Alex Frei. Interview.

Alex Frei, votre équipe a égalisé à la dernière seconde sur une superbe reprise de votre remplaçant Noah Jones, mais surtout suite à une grosse erreur d’appréciation du défenseur neuchâtelois Migjen Basha. Votre avis sur la question?

Vous savez comme moi qu’un match de football se joue souvent sur les erreurs, quel que soit le niveau. Alors oui, vous avez raison, nous aurions très bien pu ne pas inscrire ce deuxième but. Mais j’estime qu’au vu du match dans sa globalité, nous n’avons rien volé.

Précisez…

J’estime qu’à l’exception des vingt premières minutes de la deuxième mi-temps, période dans laquelle on a perdu le contrôle du jeu et durant laquelle Xamax a mis ses deux buts, nous avons réussi à dominer une équipe qui descend de Super League. Si l’on prend en compte les 70 autres minutes, notre point est largement mérité. Il ne faut pas oublier que j’entraîne une équipe de gamins. J’ai calculé avant le match: notre moyenne d’âge était de 22 ans, celle de Xamax de 29 ans, avec la présence de plusieurs joueurs ayant l’expérience de la Super League. Alors, je peux vous le dire, je suis très fier de mes jeunes joueurs.

«Honnêtement, Xamax mérite de rester en Challenge League.»

Alex Frei, entraîneur du FC Wil

On vous sent très attaché à eux…

Oui, j’ai vraiment du plaisir à travailler avec eux. Ils ont évidemment eu besoin de temps pour apprendre ce qu’est le football professionnel, mais ils sont réceptifs à mon message. Vous me connaissez, j’aime le foot, j’aime avoir la possession du ballon. Et à ce niveau, je suis comblé. Au niveau du jeu proposé, de la beauté du foot, on n’a pas à rougir face aux équipes de tête de Challenge League. Grasshopper est peut-être un cran au-dessus, mais nous ne devons rien envier à Aarau ou Stade Lausanne-Ouchy, par exemple.

Le bas du classement de Challenge League à trois journées de la fin.

Le bas du classement de Challenge League à trois journées de la fin.

www.sfl.ch

Vous possédez désormais quatre points d’avance sur Chiasso, que vous recevrez justement mardi soir. Une sorte de quitte ou double?

Je préfère être à notre place qu’à celle de Chiasso. Nous avons l’occasion d’assurer notre maintien mardi. Une victoire, et ce sera mathématique, puisque nous compterons alors sept points d’avance à deux journées de la fin. On va donc tout mettre en œuvre pour parvenir à ce but, en pensant également à Xamax.

À Xamax?

Oui. Honnêtement, le club neuchâtelois mérite de rester en Challenge League. On va donc tout faire pour assurer notre avenir, et en même temps donner un coup de pouce aux Neuchâtelois. Si on peut aider Xamax à s’en sortir, on le fera!

Pour les détails du match NE Xamax – Wil (2-2), cliquez ici.

Votre opinion