Masters – Alexander Zverev dégoûte encore une fois Djokovic
Actualisé

MastersAlexander Zverev dégoûte encore une fois Djokovic

Quatre mois après les JO, l’Allemand barre à nouveau la route d’un grand titre à Novak Djokovic (7-6, 4-6, 6-3). Il rejoint Medvedev en finale.

par
Mathieu Aeschmann
Alexander Zverev et Novak Djokovic s’offrent une poignée de main pleine de respect mutuel après leur grande bataille, remportée par l’Allemand, en demi-finale du Masters. (Photo by Marco BERTORELLO / AFP)

Alexander Zverev et Novak Djokovic s’offrent une poignée de main pleine de respect mutuel après leur grande bataille, remportée par l’Allemand, en demi-finale du Masters. (Photo by Marco BERTORELLO / AFP)

AFP

Turin a vécu son premier très grand match, samedi soir, et son vainqueur s’appelle Alexander Zverev, lequel affrontera Daniil Medvedev, dimanche (17h) pour un deuxième titre au Masters. Au bout de trois sets de haute voltige, l’Allemand a étiré la malédiction qui accompagne les fins de saison de Novak Djokovic depuis six ans (7-6, 4-6, 6-3). Le No 1 mondial n’a en effet plus remporté le tournoi des maîtres depuis 2015, six saisons durant lesquelles il compila quand même dix titres du Grand Chelem. Étrange.

Novak Djokovic ne s’en contentera évidemment pas mais il repartira au moins de Turin avec le titre officieux (car décerné par nos soins) du «plus beau coup de la saison». On jouait le onzième jeu d’une première manche qui était en train d’atteindre des sommets lorsque le Serbe se retrouva à devoir écarter deux balles de break. Or sur la seconde, il enchaîna derrière son service pour conclure d’une demi-volée de revers absolument prodigieuse! La particularité de ce moment de grâce: «Nole» trouva un moyen de redonner une impulsion à la balle, pourtant sous le niveau de la bande du filet, en accélérant sa tête de raquette. Du grand art.

Ce point, dont le ralenti est à consommer sans modération, n’a rien d’anecdotique. Il symbolise en effet le niveau de jeu que cette demi-finale a pu atteindre dans ses meilleurs moments. Les trois derniers jeux du premier set et son tie-break sont ainsi à garder bien au chaud pour les «best of» de fin d’année. Il y eut d’abord ce point étouffant à 5-4 15A qui lança Djokovic vers une balle de set. Puis la fameuse demi-volée au jeu suivant. Enfin la réaction de Zverev, mené 5-6 0-30 et décochant deux revers le long de la ligne limpides pour retrouver des couleurs. Du beau, du lourd et toujours au meilleur moment.

Djokovic plus offensif

Alors à quoi pouvait bien se jouer un match d’une telle intensité? Pour le premier set, citons ce challenge gagné par Zverev à 2-2 au tie-break. L’ace de Novak Djokovic se transforma en double faute et l’Allemand conserva ce mini-break jusqu’au bout (7-6). Au deuxième set, la décision fut forcée par le No 1 mondial «himself» qui, après un début de set colérique, utilisa son surplus d’énergie pour se rapprocher de la ligne et «dérober» du temps à Zverev. Sans surprise, c’est donc au filet et grâce à une poignée de retour ciselée que le Serbe réalisa le break décisif qui le fit recoller à une manche partout (6-4).

Puis il y eut ce quatrième jeu du troisième set, une parenthèse étrange comme il y en a parfois dans le jeu de Novak Djokovic. Le Serbe débuta par un coup droit gagnant avant d’en dévisser trois de suite, s’agaçant - mimes à l’appui - de ses coupables surrotations. Un dernier revers caviardé et «Nole» offrait un break d’avance à Sasha Zverev (4-1). Le premier du match; celui de trop. Deux jeux de service plus loin, l’Allemand pouvait lever les bras. Il venait de rééditer son exploit de Tokyo, prouvant que le «défi Djokovic» ne l’effraie plus du tout. «C’est la cinquième fois que l’on se jouait cette année et ce fut toujours magnifique. Je veux dire ici que personne ne mérite d’être autant respecté que Novak. Il est le plus grand joueur de tous les temps et je ne suis pas certain que tout le monde se rend vraiment compte de ce qu’il a accompli», insistait le champion olympique juste avant minuit. Aura-t-il récupéré dimanche à 17h pour disputer à Daniil Medvedev un deuxième titre au Masters? Il faut l’espérer tant cette superbe demi-finale donne envie de voir une grande finale.

Votre opinion

3 commentaires