Cyclisme – Alexandre Balmer a marqué des points dans le peloton
Publié

CyclismeAlexandre Balmer a marqué des points dans le peloton

Le Neuchâtelois de 21 ans a réalisé sa première performance notable sur route chez les pros, le week-end dernier au Tour de Vendée. Au moment même où il s'apprête à quitter la Groupama-FDJ.

par
Brice Cheneval
Alexandre Balmer s’apprête à disputer ses deux dernières courses sous les couleurs de la Groupama-FDJ ce week-end.

Alexandre Balmer s’apprête à disputer ses deux dernières courses sous les couleurs de la Groupama-FDJ ce week-end.

N. Götz / Equipe cycliste Groupama-FDJ

Alexandre Balmer a le sens du timing. Voilà plusieurs mois que le Neuchâtelois enchaîne les frustrations sportives et traîne sa «poisse», de son propre aveu. Depuis la mi-septembre, on sait aussi qu’il quittera la formation Groupama-FDJ cet hiver, après deux ans de développement en son sein. L’annonce n’a pas secoué le microcosme de la petite reine, c’est le moins qu’on puisse dire, et le jeune Suisse se préparait à changer de cap dans un quasi-anonymat. Puis le Tour de Vendée est passé par là. Alexandre Balmer a attendu la toute fin de saison pour marquer les esprits.

Le scénario est dingue: jusqu’au week-end dernier, Balmer n’avait participé qu’à trois courses avec l’équipe première de la Groupama-FDJ. Trois jours avant le Tour de Vendée, il est appelé à la hâte pour pallier le forfait de Miles Scotson. Le jour J, il se retrouve dans l’échappée puis se détache à 20 km de l’arrivée. L’écart avec ses poursuivants grimpe jusqu’à 20 secondes, avant de fondre progressivement. Essoré physiquement, le Chaux-de-Fonnier se fait reprendre à 50 m de la ligne et termine à une cruelle 11e place.

À chaud, la déception dominait forcément. Mais à tête reposée, Alexandre Balmer mesure la portée de sa folle escapade: «Il ne m’a pas manqué grand-chose pour gagner. Le résultat est bon mais c’est surtout le déroulé de la course qui est top. Je l’ai animée du début à la fin. Je me suis bien battu, seul, contre des équipes sur-représentées dans le finish. Je suis hyper content de mes jambes. Je préfère terminer 11e dans ces conditions que sur le podium et d’être resté caché dans le peloton.»

«Je préfère terminer 11e dans ces conditions que sur le podium et d’être resté caché dans le peloton»

Alexandre Balmer, coureur neuchâtelois de l’équipe Groupama-FDJ

Alexandre Balmer a su profiter d’une stratégie de course plus souple pour tirer son épingle du jeu. «Nous n’avions pas de sprinteur, donc nous avions carte blanche, indique-t-il. Chacun était libre de faire sa course et moi, je voulais me faire plaisir dans l’échappée.»

Sa performance, mise en avant par la Groupama-FDJ sur ses réseaux sociaux, n’est pas passée inaperçue dans les hautes sphères de l’équipe (voir encadré): «Tout l’encadrement m’a félicité. Arnaud Démare (ndlr: le sprinteur star de l’écurie) m’a écrit pour me dire qu’il était tendu devant sa télé et qu’il était déçu pour moi.»

Priorité au VTT

Après avoir brillé sur la route chez les jeunes - champion de Suisse cadets et juniors, double champion de Suisse du contre-la-montre juniors, champion de Suisse du contre-la-montre espoirs -, il manquait au grand espoir helvétique un coup d’éclat au niveau professionnel. Il le tient, désormais.

De quoi lui ouvrir des perspectives. Psychologiques, déjà. «Ça m'ouvre les yeux sur mes capacités», concède-t-il. Et contractuelles, surtout. Alexandre Balmer enchaînera avec l’équipe fanion de la Groupama-FDJ ce week-end, lors du Grand Prix du Morbihan (samedi) et des Boucles de l’Aulne (dimanche). Il s’agira de ses dernières sorties avec la formation française. Son Tour de Vendée remarqué n’a pas fait bouger les lignes. «C’était déjà décidé que je voulais quelque chose d’autre, martèle-t-il. J’ai pris beaucoup de plaisir avec la Groupama-FDJ, c’est une équipe très familiale. Mais j’ai des objectifs différents, donc j’ai préféré partir. On se sépare en bons termes.»

Car Alexandre Balmer priorise à court terme le VTT, une discipline dans laquelle il s’est également illustré dans les catégories de jeunes (champion d’Europe et du monde de cross-country juniors). Pas question pour lui de tirer un trait sur la route, seulement de bénéficier d’un programme allégé. «Physiquement, je suis encore en plein développement et, sur route, je me sens loin des meilleurs. Alors qu’en VTT, je peux viser les premières places même en présence de l’élite mondiale. La saison prochaine, je compte participer à toutes les épreuves de Coupe du monde.»

Le Neuchâtelois ne devrait pas rester longtemps sans employeur. Son manager est en discussions avancées avec plusieurs écuries et lui-même s’attend à être fixé d’ici la semaine prochaine. Et ce n’est pas son numéro sur le Tour de Vendée qui va freiner l’intérêt autour de lui.

Marc Madiot: «Il aurait pu faire un bon coureur de classique»

Marc Madiot a suivi attentivement le Tour de Vendée. Joint par téléphone, le patron de la Groupama-FDJ affirme ne pas avoir été surpris par la performance d’Alexandre Balmer. «Il a bénéficié de bonnes circonstances de course et il en a profité, dit-il. Ça fait un moment que ce coureur a des qualités. Il dispose d’une palette assez large, puisqu’il est performant à la fois sur route et en VTT. Chez nous, il a eu une progression linéaire et intéressante. Il dispose de belles qualités de rouleur, c’est indéniable. Il aurait pu faire un bon coureur de classique et je ne désespérais pas qu’il le devienne, d’ailleurs, mais il a choisi de s’orienter davantage vers le VTT.»

Le dirigeant à la gouaille caractéristique reste cordial au moment de commenter cette position: «On met des options à la disposition des coureurs et ensuite, c’est à eux de prendre leurs propres décisions. Je n’ai pas de problème avec son choix de s’orienter vers le VTT, c’est compréhensible.»

Marc Madiot se voudrait presque indifférent à la décision d’Alexandre Balmer. Son intonation, toutefois, suggère une légère amertume. Preuve de l’estime qu’il porte au Neuchâtelois.

Votre opinion