Voile: Alinghi dévoile son effectif pour l’America’s Cup
Publié

VoileAlinghi dévoile son effectif pour l’America’s Cup

Quatorze marins ont été sélectionnés pour intégrer Alinghi Red Bull Racing et représenter la Société Nautique de Genève lors de la 37e America’s Cup qui aura lieu à Barcelone en 2024.

par
Sport-Center
L’identité des marins suisses sélectionnés pour représenter la Suisse lors de la prochaine America’s Cup est désormais connue. 

L’identité des marins suisses sélectionnés pour représenter la Suisse lors de la prochaine America’s Cup est désormais connue. 

Samo Vidic / Alinghi Red Bull Racing / Red Bull Content Pool

Ils sont jeunes, suisses, talentueux, expérimentés en foiling, en bateaux ultrarapides, en aviron ou encore en vélo. Alinghi Red Bull Racing a dévoilé les quatorze équipiers retenus pour représenter la Suisse lors de la prochaine America’s Cup, qui se tiendra à Barcelone en automne 2024.

Avec une moyenne d’âge de trente ans, soit onze de moins que lors de la dernière participation suisse victorieuse à Valence, l’équipe fait place à la jeunesse.

«Nous allons piloter une Formule 1 avec plusieurs personnes dans le cockpit

Pierre-Yves Jorand, codirecteur général responsable des opérations sportives

Selon le règlement de la 37e édition, ils seront huit à bord du monocoque à foils AC75, répartis en deux groupes : le power group et le driving group. Pour les marins de driving group (afterguard), les sélections ont commencé l’été dernier avec des interviews, suivies de tests physiques et de navigations. «Nous avons procédé de manière très collégiale: nous avons travaillé avec l’entraîneur principal Nils Frei et les premiers marins sélectionnés pour prendre les décisions tous ensemble», explique le co-directeur général responsable des opérations sportives Pierre-Yves Jorand. «Le caractère, l’attitude et le potentiel de développement étaient aussi importants que les compétences. Nous allons piloter une Formule 1 avec plusieurs personnes dans le cockpit : une sur le frein, une sur le volant, une sur l’accélérateur et une sur le levier de vitesse. La notion d’équipe prend tout son sens.»

Ces marins ont acquis leur expérience dans l’olympisme, les bateaux volants ou encore la Red Bull Youth America’s Cup, et incarnent ce que l’on appelle la génération Alinghi. Parmi eux, le champion du monde d’Optimist en 2014, Nicolas Rolaz, qui est le plus jeune équipier sélectionné. 

Un encadrement de haut niveau a été mis en place sur l’eau et auprès d’entraîneurs renommés pour guider ces jeunes, qui n’ont pas encore l’expérience des fusées hyper puissantes que sont les AC75.

Les 14 marins sélectionnés

Plusieurs rôles clés

A bord d’un AC75, les marins sont répartis selon les rôles suivants : tacticien, barreur, régleur de foils, régleur de voiles, grinder. Ces derniers apportent la puissance nécessaire au fonctionnement du bateau.

«Les règles de classe obligent certains systèmes à être manuellement pourvus en énergie, notamment tout ce qui concerne le réglage des voiles», explique Adolfo Carrau, coordinateur du design, qui travaille depuis quinze ans avec Botin. «C’est grâce à la puissance fournie par ces athlètes que le régleur de voiles pourra faire son travail. Les designers ont identifié les positions et les forces nécessaires pour avoir un maximum de puissance par rapport au type d’effort fourni : si la durée des courses se calcule en minutes, les entraînements durent plusieurs heures. Ces équipiers doivent donc être vraiment forts, d’autant plus qu’ils ne seront que quatre à bord contre huit grinders lors de la dernière édition. »

Avec un cycliste et deux rameurs

Pour construire cette équipe puissance (power group) et aux côtés des marins, le recrutement s’est concentré sur les membres des fédérations suisses de cyclisme et d’aviron. «Le palmarès de ces sportifs a retenu notre attention ; malgré leur manque d’expérience dans la voile, ils excellent dans le sport de haut niveau, les victoires, la performance sous la pression», souligne l’entraîneur Nils Frei. «Les rameurs sont des sportifs extrêmement polyvalents de par leur force, leur puissance et leur cardio. Il a toutefois fallu leur expliquer ce que représentait cet événement ; c’est un choix de carrière, un choix de vie.»

«J’espère leur apporter ce qui faisait ma force à l’aviron: une motivation et une détermination à travailler dur pour atteindre mes objectifs, avec beaucoup de rigueur.»

Barnabé Delarze, double olympien en aviron.

Le cycliste Théry Schir et les rameurs Augustin Maillefer et Barnabé Delarze ont intégré le power group. Ce dernier, double Olympien et fraîchement victorieux de la prestigieuse Boat Race avec Oxford, se réjouit de cette reconversion sportive après avoir passé plus de la moitié de sa vie à ramer.

«J’ai toujours été attiré par l’eau et par la glisse, finalement, la voile n’est pas si éloignée de l’aviron! Je n’ai toutefois jamais eu de projet de cette envergure. J’espère leur apporter ce qui faisait ma force à l’aviron: une motivation et une détermination à travailler dur pour atteindre mes objectifs, avec beaucoup de rigueur. Ma capacité à gérer la pression pour performer au plus haut niveau. Là, on rentre dans une autre dimension: ces bateaux sont des vaisseaux spatiaux!» Le dernier équipier sera présenté prochainement.

Précision suisse oblige, l’équipe n’a pas manqué le coup d’envoi des deux championnats 2022: en tête du TF35 Trophy 2022 et du GC32 Racing Tour, Alinghi Red Bull Racing s’entraîne activement sur ces deux supports en attendant de pouvoir naviguer en AC75 puis en AC40.

Votre opinion