Tennis – Alizé Cornet s’offre un nouvel exploit au bout d’un marathon
Actualisé

TennisAlizé Cornet s’offre un nouvel exploit au bout d’un marathon

La Française a surmonté un immense coup de pompe pour battre Simona Halep. Elle jouera son premier quart de finale en Grand Chelem à 32 ans.

par
Mathieu Aeschmann
Alizé Cornet à genoux au milieu de la Rod Laver Arena après son exploit contre Simona Halep. (Photo by Paul Crock / AFP) / 

Alizé Cornet à genoux au milieu de la Rod Laver Arena après son exploit contre Simona Halep. (Photo by Paul Crock / AFP) /

AFP

Incroyable Alizé Cornet! Et incroyables méandres de la psychologie des champions… Depuis qu’elle a annoncé «sans doute disputer sa dernière saison» en début de tournoi, la Française semble portée par une force quasi surnaturelle. Celle qui lui a permis d’estourbir Garbine Muguruza jeudi, de revenir de nulle part face à Zidansek samedi (4-6, 1-4) et puis, ce lundi matin, d’aller à la limite de ses forces pour renverser Simona Halep au bout d’un marathon complètement fou (6-4, 3-6, 6-4).

«C’est incroyable. Je ne sais pas quoi dire, j’ai du mal à parler… tout est confus, réagissait Alizé Cornet à chaud. Il faisait tellement chaud. Après trente minutes de match, mon cerveau ne fonctionnait plus, je n’arrivais même pas à boire. Avec Simona (Halep) que j’admire beaucoup, on a laissé notre cœur sur le court. Je suis tellement heureuse d’avoir gagné.»

Quand Alizé Cornet parle de chaleur, elle manie l’euphémisme. Avec 33 degrés mais un 40 ressenti, Melbourne Park proposait l’une de ces journées où l’oxygène manque sitôt que l’échange dépasse la quinzaine de frappes. La Française le paya d’un gros trou d’air au deuxième set (3-1 à 3-6) puis ce fut le tour de l’ancienne No 1 mondiale de caler dans la manche décisive, soudain asphyxiée dans l’emballage final.

Malgré la trahison de son corps, Simona Halep trouva le moyen de lâcher un revers long de ligne sublime pour sauver une première balle de match et alors qu’elle ne semblait plus tenir sur ses appuis. La seconde balle de match sauvée par la Roumaine sembla même pouvoir faire basculer le doute de l’autre côté du filet. Il n’en fut rien. Et sur la route du record de participation consécutive en Grand Chelem (62, prévu pour Wimbledon), Alizé Cornet pouvait s’offrir un premier quart de final majeur. La consécration à laquelle elle n’osait plus croire.

Swiatek dans la douleur

La Polonaise Iga Swiatek, 9e mondiale et ultradominatrice jusque-là, a éprouvé de grandes difficultés pour battre la Roumaine Sorana Cirstea (WTA 38) 5-7, 6-3, 6-3 en 8es de finale de l’Open d’Australie.

Swiatek n’avait pas cédé le moindre set lors des trois premiers tours, n’avait concédé que quatre jeux de moyenne en trois matchs et n’avait passé que 4h04 au total sur le court pour se hisser en 8es. Lors du seul match contre Cirstea, elle a perdu un set, treize jeux et a passé 2h27 à batailler.

Les larmes de soulagement qui ont perlé sur son visage à l’issue de la rencontre en disent beaucoup: «je suis émotive, que je gagne ou que je perde, je pleure», a expliqué la joueuse de 20 ans, qui affrontera la Bélarusse Aryna Sabalenka (2e) ou l’Estonienne Kaia Kanepi (115e) mercredi, pour une place en demies.

Votre opinion

1 commentaire