Publié

FootballAllemagne: St Pauli s'affiche clairement gay-friendly

La club de football de deuxième division allemande St Pauli a annoncé jeudi que le drapeau arc-en-ciel symbole de la marche pour les droits des homosexuels, la Gay Pride, serait hissé de façon permanente sur le toit de son stade.

"Le club combat activement l'homophobie et la discrimination depuis plusieurs années", a déclaré le vice-président Gernot Stenger, sur le site internet du club. "Avec ce drapeau, nous donnons un signe très visible que ce thème a énormément d'importance pour le FC St Pauli et que nous y travaillons avec détermination", a-t-il ajouté. Dirk Brüllau, du club de supporteur gay et lesbien Queerpass Sankt Pauli - jeu de mot intraduisible entre "queer", qui veut dire gay, et l'allemand "querpass", qui désigne une longue passe au football - a salué cette décision et espéré qu'un club de l'élite allemande la copie, ce qui serait un "énorme bond en avant" pour le milieu du football, selon lui. St Pauli, club d'un quartier chaud de Hambourg (nord), est l'un des plus populaires en Allemagne. Il est connu pour son public marqué très à gauche et bouillant, conformément à l'emblème du club: un drapeau pirate avec une tête de mort sur deux os croisés. L'homosexualité reste, en Allemagne comme ailleurs, un grand tabou dans le sport en général et le football en particuliers, même si la chancelière Angela Merkel a appelé en septembre dernier les joueurs gays à faire leur "coming out". Lors du lancement de la campagne baptisée "Go your own way" (suis ton propre chemin), Mme Merkel avait assuré que "quiconque est capable de rassembler la force et le courage (pour se déclarer ouvertement homosexuel) doit savoir qu'il vit dans un pays où il n'a rien à craindre". La fédération allemande de football envisage d'aider les clubs dont un joueur souhaiterait dévoiler son homosexualité à gérer la réaction des médias et des supporteurs. Si des figures politiques de premier plan, comme le maire de Berlin Klaus Wowereit ou le ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, ont depuis longtemps publiquement affiché leur homosexualité, ce n'est le cas d'aucun joueur de football professionnel en Allemagne. L'attaquant international allemand Mario Gomez avait estimé en 2011 que certains "joueraient plus libéré" si les footballeurs homosexuels s'affichaient comme tel, car, pour lui, "être gay ne devrait plus être un tabou". Mais le capitaine du Bayern Munich et de la sélection allemande, Philipp Lahm, avait au contraire tenté de dissuader tout coming out, jugeant qu'"un joueur homosexuel déclaré s'exposerait à des comportements agressifs" ryj-hap/bpa

(AFP)

Votre opinion