Actualisé 12.06.2020 à 18:14

JuraAller à l'école avec une clef dérobée lui vaut une condamnation

Les auteurs d'incivilités commises à répétition dans des collèges de Haute-Sorne ne restent pas impunis.

par
lematin.ch
À Bassecourt (JU), l'école primaire fait régulièrement l'objet de déprédations.

À Bassecourt (JU), l'école primaire fait régulièrement l'objet de déprédations.

Commune de Haute-Sorne

Deux élèves qui détruisent la tribune historique du terrain de foot du FC Bassecourt en brûlant leurs cahiers, c'était en 2018. En 2020, c'est dans l'école secondaire qu'un feu s'est déclaré. C'était le 5 janvier. L'école primaire a également été ciblée par un pyromane.

«Le Quotidien Jurassien» rapporte aujourd'hui qu'un citoyen de Porrentruy âgé de 23 ans a été condamné par ordonnance pénale à 15 jours-amendes à 40 francs, peine assortie d'un sursis de trois ans.

Des mineurs

Avec des élèves envoyés devant la justice des mineurs, le prévenu entrait dans l'école de jour comme de nuit, en dehors des cours, avec une clef dérobée dans un bureau. Les intrus fouillaient dans les tiroirs en commettant des vols.

La plainte émanait de la commune de Haute-Sorne, informée par des enseignants. Pour la justice, il est était question de violations de domicile. Les serrures ont été remplacées par un système à badges, mais les incivilités n'ont pas cessé dans la cour.

Dans le périmètre

La directrice Antoinette Kottelat s'interroge dans «Le Quotidien Jurassien»: «Pour quelles raisons ces jeunes qui n'aiment pas l'école se retrouvent-ils systématiquement dans le périmètre de ces établissements?».

Quand l'école est fermée, des ados s'y rendent pour boire et fumer en cachette. Résultat: des détritus, des graffitis et des détériorations, mais aussi une cagnotte volée ainsi que des vélos, quand ils ne sont pas jetés dans la rivière. À Courfaivre aussi, des incivilités ont été constatées à l'école primaire.

État policier

Un projet de surveillance vidéo validé par la protection des données a été élaboré par le syndicat de l'école secondaire, mais les autorités de la Haute-Sorne l'ont refusé. La pose d'une clôture et l'engagement d'agents de sécurité ont aussi été évoqués, mais l'exécutif ne veut pas faire de la Haute-Sorne un État policier.

À l'écart, une place de pique-nique a été souillée à Courfaivre, au point que la Société de développement et d'embellissement vient de porter plainte. Le foyer a été cassé et un banc partiellement brûlé. Des détritus jonchaient aussi des champs et des berges de la Sorne.

Vincent Donzé

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!