France - Aller au musée, oui, mais à condition de donner son sang
Publié

FranceAller au musée, oui, mais à condition de donner son sang

Près de 200 personnes ont pu visiter le Musée d’art moderne, à Strasbourg, lundi, en échange d’un don de sang. L’opération devrait être renouvelée.

Bien que les lieux culturels soient fermés en France en raison de la pandémie, 198 personnes ont pu visiter un musée d’art strasbourgeois lundi après avoir fait un don de sang.

Bien que les lieux culturels soient fermés en France en raison de la pandémie, 198 personnes ont pu visiter un musée d’art strasbourgeois lundi après avoir fait un don de sang.

AFP

«Une petite bouffée d’air et d’art» couplée à un geste solidaire. À Strasbourg, dans l’est de la France, le Musée d’art moderne (MAMCS) a rouvert ses portes lundi le temps d’une collecte de sang, attirant les donneurs, moins nombreux depuis le début de l’épidémie de Covid-19, avec la promesse d’une visite privilégiée.

Dans l’imposante nef de l’institution, ils se succèdent sur les douze brancards alignés, bras tendu et poing fermé pour se faire prélever environ un demi-litre de sang. Une fois leur don terminé, ce n’est pas seulement l’habituelle petite collation qui les attend, mais également Niki de Saint Phalle, Gustave Doré, Claude Monet ou Paul Signac.

«C’est super, cela fait du bien de voir des belles choses tout en faisant une bonne action», se réjouit Marie-Paule Jaeck, une enseignante de 54 ans, après avoir fait le tour des sept salles du musée accessibles aux donneurs.

Avec sa fille étudiante, Emma, 19 ans, elles ont «sauté sur l’occasion» dès que la prise de rendez-vous pour cette collecte exceptionnelle a été ouverte. Et elles n’ont pas été les seules puisque les 198 créneaux proposés pour donner son sang au musée de 12 h 30 à 18 h 30 ont tous rapidement trouvé preneur.

Collectes annulées

Une bonne nouvelle pour l’Établissement français du sang (EFS). Depuis le début de la crise sanitaire, «l’approvisionnement devient de plus en plus difficile à cause des annulations de collectes» notamment dans les universités et les entreprises, avec l’essor des cours à distance et du télétravail, explique le Dr Eric Hetzel, responsable adjoint des prélèvements pour le département du Bas-Rhin.

Une collecte événementielle comme celle du MAMCS, qui allie «le geste citoyen» à l’accès d’un lieu culturel actuellement fermé, est «une occasion concrète pour restimuler l’envie de donner son sang», mais également pour «faire venir de nouveaux donneurs», explique Barbara Seiller, responsable communication de l’EFS Grand Est.

Bientôt à Beaubourg?

Les musées, comme les théâtres et les cinémas, sont fermés en France depuis cet automne dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie.

«C’est l’occasion d’accomplir une action citoyenne et solidaire (…) Le musée est dans la cité, il n’est pas hermétique à ce qu’il se passe dans la société, plus que jamais en ce moment», considère Estelle Pietrzyk, la directrice du MAMCS, qui a «très volontiers» prêté ses murs à la collecte de l’EFS.

L’initiative strasbourgeoise n’est pas une première pour l’EFS, qui a organisé le 19 mars une collecte au musée des Beaux-Arts de Dijon, au milieu des tableaux.

Cela ne devrait pas non plus être une dernière, car l’EFS trouve dans ces collectes dans des lieux atypiques ou prestigieux une manière de promouvoir le don du sang auprès de nouveaux donneurs. Le Centre Pompidou Metz pourrait être ainsi mis à contribution.

(AFP)

Votre opinion