France - Trois morts lors de randonnées dans les Alpes
Publié

FranceTrois morts lors de randonnées dans les Alpes

Trois randonneurs ont perdu la vie jeudi dans trois accidents différents, dans le massif du Mont-Blanc et en Isère.

Deux des trois victimes étaient en randonnée dans le massif du Mont-Blanc (image d’illustration).

Deux des trois victimes étaient en randonnée dans le massif du Mont-Blanc (image d’illustration).

Pixabay

Trois personnes sont mortes jeudi dans des chutes survenues lors de randonnées dans les Alpes, en Isère et dans le massif du Mont-Blanc, ont indiqué vendredi les secours en montagne, confirmant des informations du quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Un homme de 65 ans a fait une chute mortelle de 400 mètres près du glacier des Bossons, qui descend du Mont-Blanc. Appelés vers 14h jeudi par deux membres de sa famille, les secouristes du Peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) et le médecin dépêchés par hélicoptère n’ont pu que constater le décès du touriste, en vacances à Chamonix. L’homme est tombé, vers 1900 mètres d’altitude, d’un chemin «très praticable» mais situé sur une crête près du glacier. «Dès qu’on tombe du mauvais côté, c’est très raide», soulignent les gendarmes, qui ont ouvert une enquête, comme à chaque accident mortel.

Un autre alpiniste, originaire d’Île-de-France, est mort vendredi au petit matin sur la face nord du Mont-Blanc, malgré les multiples tentatives de sauvetage des secouristes à 4000 mètres d’altitude, dans la nuit et dans des conditions difficiles. L’alerte a été donnée jeudi soir. Les secouristes ont bataillé toute la nuit pour tenter de sauver le malheureux qui est décédé d’un arrêt cardiaque vers 5h30, ont indiqué des responsables.

Décès d’une jeune femme

En Isère, c’est une jeune femme de 18 ans, en retraite religieuse dans la Chartreuse de Currière, un monastère isolé dans le massif du même nom au nord de Grenoble, qui est morte jeudi. Partie seule en randonnée dans la matinée, elle n’est pas revenue pour midi au monastère, qui a appelé la gendarmerie de Saint-Laurent-du-Pont, la commune où est installé depuis le Moyen Âge ce bâtiment au milieu de la forêt. Des équipes avec chiens du PGHM de l’Isère, ainsi qu’un hélicoptère, sont parties à sa recherche, sans succès.

Ce sont des équipes de gendarmes au sol qui ont retrouvé, dans un lieu escarpé, le corps sans vie de cette jeune femme après une soirée de recherches, vers minuit entre jeudi et vendredi. Selon Le Dauphiné Libéré, le corps a été retrouvé au pied d’une barre rocheuse, ce qui laisse penser à un accident, selon le PGHM de l’Isère. Une enquête, menée par la gendarmerie de Meylan, a été ouverte.

(AFP)

Votre opinion