Actualisé

Servion«Altaï» et «Milla»: des panthères très complices!

Le zoo vaudois accueille un couple de panthères des neiges aujourd'hui adultes. Des bébés sont vivement espérés.

par
Sébastien Jost

Il n'y a pas que les skieurs qui rugissent de plaisir à la vue des flocons qui tombent. «Altaï» et «Milla» ronronnent aussi lorsqu'un blanc manteau recouvre le sol. Normal direz-vous pour des panthères... des neiges.

C'est le deuxième hiver que les deux splendides bêtes passent au Zoo de Servion. Et le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils se sont bien adaptés à l'endroit. «Elles sont vraiment à l'aise, relève Roland Bulliard, directeur du lieu. Elles utilisent toute la surface. Et avec la météo actuelle, elles sont très actives.» Sauts, bonds, roulades, les deux onces - autre dénomination pour la panthère des neiges - s'en donnent à coeur joie à 800 mètres d'altitude. «Elles apprécient aussi beaucoup les rochers que nous leur avons installés. Ce sont des animaux qui aiment observer ce qui se passe depuis des points hauts.»

La vitalité des deux félins fait plaisir à voir. Et pourrait être annonciatrice de très bonnes nouvelles. Tous les deux approchent l'âge adulte de 3 ans. Et comme «Altaï» est un mâle et «Milla» une femelle, la nature risque bien de faire son oeuvre.

«On peut espérer qu'ils s'accouplent ce printemps, explique le directeur du zoo. La première mise bas est souvent un peu difficile, mais si nous pouvions avoir des petits, ce serait un bel accomplissement. C'est toujours magique lorsqu'il y a des naissances. On voit les bébés grandir, jouer avec les adultes, les taquiner.»

Les conditions sont en tout cas remplies pour que tout se passe bien. Les deux panthères des neiges ne sont pas stressées et surtout elles s'entendent très bien. Ce qui n'était pas gagné au départ. «Dans la nature, c'est un animal solitaire, relève Roland Bulliard. Il ne vit pas en couple contrairement à ce qui se passe ici. C'est pour cela que nous avons pris beaucoup de précautions lorsque nous les avons réunis. La première rencontre peut définir l'avenir du couple. Si cela se passe mal, les deux bêtes se méfieront ensuite l'une de l'autre.»

Cela n'a heureusement pas été le cas entre «Altaï» qui venait du Zoo de Berlin et «Milla» de celui d'Ähtäri, en Finlande. Leur jeune âge au moment du premier contact, un peu plus d'une année, a facilité les choses. Et, aujourd'hui, les deux félins forment un couple idéal.

Beaucoup d'interactivité

«Ils s'entendent bien et ils sont très complices, remarque le directeur du Zoo de Servion. Ils se courent après, se sautent dessus. Il y a beaucoup d'interactivité.» En attendant de devenir des parents attentifs, les deux panthères des neiges profitent de la saison qui leur convient si bien: l'hiver. La fourrure qu'ils possèdent actuellement est là pour le prouver.

«C'est maintenant que le pelage est le plus beau, le plus épais, raconte le directeur. Le ventre et le cou sont blancs alors que le dos est pommelé.» Avec ses grosses pattes, la panthère des neiges peut gambader dans la neige sans s'y enfoncer. «C'est une des caractéristiques de cet animal, indique Roland Bulliard. Tout comme sa queue longue et touffue. Elle sert de balancier et lui permet de prendre des virages rapides lorsqu'elle chasse en montagne, son territoire.»

Car, malgré leur apparence de gros chats, les onces sont de formidables chasseurs qui ne craignent pas de s'en prendre à des animaux bien plus gros qu'eux. Les onces restent des animaux sauvages qui engloutissent 3 kilos de viande par jour. «Nous n'entrons pas dans leur parc, témoigne Roland Bulliard. Ce sont des animaux qui peuvent être dangereux. Même si aucun des deux n'est agressif.»

Votre opinion