12.11.2020 à 11:58

Ski alpinAmélie Klopfenstein confirme son statut d’étoile montante

La Neuvevilloise a remporté le titre de championne de Suisse de slalom mardi à Diavolezza, aux Grisons. Premier succès élite pour la skieuse de 18 ans.

von
Cyrill Pasche
Amélie Klopfenstein glisse de succès en succès en 2020. 

Amélie Klopfenstein glisse de succès en succès en 2020.

KEYSTONE

Triple médaillée aux Jeux olympiques de la Jeunesse de Lausanne en janvier dernier (deux médailles d’or). Championne de Suisse de slalom au niveau élite mardi à Diavolezza. La Neuvevilloise Amélie Klopfenstein, qui vient tout juste de fêter ses 18 ans en septembre dernier, avance à pas de géant.

Ou a-t-elle davantage le sentiment que sa progression, certes fulgurante, est linéaire et répond à une certaine logique? «Tant aux JOJ de Lausanne que mardi aux Grisons, je ne m’attendais pas vraiment à gagner. Cela a chaque fois été de belles surprises, même si je me sentais en forme et bien sur mes skis», explique la skieuse polyvalente.

Amélie Klopfenstein croque l’une de ses deux médailles d’or remportée lors des JOJ de Lausanne en janvier. 

Amélie Klopfenstein croque l’une de ses deux médailles d’or remportée lors des JOJ de Lausanne en janvier.

KEYSTONE

Son dernier succès en slalom, mardi aux Grisons sur les pistes de Diavolezza, la consacre pour la première fois au niveau national chez les élites. Une performance qui valide tout le travail physique effectué en amont durant la préparation estivale et démontre que l’athlète du Ski-Club Romand Bienne tient déjà la grande forme alors que la saison débute à peine. «Mieux vaut commencer la saison par une bonne course et de bons résultats. Cela évite de devoir trop se poser de questions, de se demander pourquoi telle ou telle chose n’a pas fonctionné. Et puis, pour la confiance, c’est évidemment l’idéal. Cela donne un élan positif pour la suite.»

«Chaque chose en son temps. Je progresse à mon rythme, sans brûler les étapes»

Amélie Klopfenstein, championne de Suisse de slalom

Si Amélie Klopfenstein a certes su se faufiler jusque sur la plus haute marche du podium national en exploitant les absences de Wendy Holdener, Michelle Gisin et de la médaillée d’argent de 2019, Charlotte Chable, son titre vient confirmer son statut parmi les plus grands espoirs du ski helvétique.

Dans une épreuve FIS qui comprenait aussi une participation étrangère en slalom, elle a bouclé une course remportée par la Japonaise Asa Ando au 5e rang. De quoi alimenter de belles promesses d’avenir, même si le slalom de mercredi, qui comptait uniquement pour les points FIS cette fois-ci, s’est un peu moins bien passé pour elle (22e rang d’une course remportée par la Valaisanne Camille Rast). «La première manche a été correcte, mais j’ai commis une erreur dans la seconde.» Elle continue d’apprendre le métier, tout simplement.

Bientôt la Coupe du Monde?

Intégrée dans les cadres C de Swiss-Ski au printemps passé, se sent-elle déjà prête à franchir un palier supplémentaire? Dans une dizaine de jours aura lieu à Levi, en Finlande, une épreuve de Coupe du monde. Et en raison des éventuelles absences pour cause de blessures de Charlotte Chable, Aline Danioth et Elena Stoffel, quelques tickets seront peut-être encore à distribuer dans le camp helvétique. «A vrai dire, je n’en sais rien. Je vis un peu au jour le jour. La semaine prochaine, je participerai à deux courses FIS à Arosa. Mais ce qui va se passer après cela, ça je ne le sais pas.»

L’étudiante en avant-dernière année de la filière sport-études à Brigue - où se trouve l’un des trois centres nationaux de performance avec Engelberg et Davos - espère percer au niveau mondial après ses études gymnasiales. «Skier en Coupe du monde, oui, j’en rêve. Mais chaque chose en son temps. Je progresse à mon rythme, sans brûler les étapes.».

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
1 commentaire
L'espace commentaires a été desactivé

Sigismond Lajoie

12.11.2020 à 13:39

Passionnant, tout simplement passionnant !