Fifa: Amende et avertissement pour l'Espagnol Villar
Publié

FifaAmende et avertissement pour l'Espagnol Villar

L'un des vice-présidents de la Fifa a été condamné pour avoir fait entrave à la justice.

1 / 150
L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

L'ex-président de l'UEFA a décidé de saisir la Cour européenne des droits de l'Homme, après sa condamnation à quatre ans de suspension pour avoir reçu deux millions de francs de Sepp Blatter, à l'époque président de la Fifa. (Mercredi 24 janvier 2018)

Keystone
«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

«J'ai toujours fait mon job de la meilleure manière possible», a déclaré Jérôme Valcke devant les juges du Tribunal arbitral du sport de Lausanne. (Mercredi 11 octobre 2017)

AFP
Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra  mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans.  (Mardi 10 octobre 2017)

Jérome Valcke, ancien secrétaire général de la FIFA,se rendra mercredi à Lausanne pour contester devant le Tribunal arbitral du sport sa suspension de dix ans. (Mardi 10 octobre 2017)

AFP

L'Espagnol Angel Maria Villar Llona, un des vice-présidents de la Fifa et également vice-président de l'UEFA, sous le coup d'une procédure de la commission d'éthique de la Fifa, a écopé vendredi d'une simple amende et d'un avertissement, tandis que deux responsables africains ont été suspendus pour six mois. Angel Maria Villar Llona, ancien joueur professionnel et actuel président de la Fédération espagnole de football, a été sanctionné d'une amende de 25'000 francs suisses et d'un avertissement.

Il lui était reproché de ne pas avoir apporté tout le concours nécessaire à l'enquête alors menée par l'ancien procureur américain Michael Garcia sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar.

Volonté de collaborer

L'Espagnol n'a pas écopé d'une sanction plus lourde comme une suspension, car il a «par la suite exprimé et démontré sa volonté de collaborer», a précisé la commission d'éthique dans son communiqué.

Dans le même temps, le vice-président de la Fédération congolaise de football (Fecofoot), Jean Guy Blaise Mayolas et son secrétaire général Badji Mombo Wantete ont été suspendus pour six mois.

Il est reproché aux deux hommes d'avoir violé les articles 13 et 20 du code d'éthique, en ayant notamment «offert ou accepté des cadeaux ou autres avantages». Sous le coup d'une suspension provisoire de 135 jours, les deux responsables n'ont donc plus que 45 jours de suspension à purger, a précisé la Fifa.

Pire crise de son histoire

Ces nouvelles sanctions interviennent alors que la Fifa est plongée dans la pire crise de son histoire, mouillée par les scandales à répétition sur fond de corruption présumée à grande échelle.

Le président démissionnaire Sepp Blatter a été suspendu 90 jours le 8 octobre dernier, tout comme Michel Platini, candidat à sa succession, pour un paiement du premier au second de 1,8 million d'euros.

(AFP)

Votre opinion