mesures du Conseil fédéral: Pas de masque dans le train ou au marché? Ça fera 100 fr. d’amende
Publié

mesures du Conseil fédéralPas de masque dans le train ou au marché? Ça fera 100 fr. d’amende

Le Conseil fédéral veut être plus sévère avec le respect des mesures de lutte contre le virus. En parallèle, les quarantaines pourront être raccourcies et les tests seront plus étendus.

par
Yannick Weber

Les nouvelles mesures en une minute

Vidéo: Dario Brander

Résumé des mesures

  • Des amendes d’ordre pourront être données en cas de non respect de l’obligation du port du masque ou de participation à une manifestation privée, par exemple.

  • Tous les passagers arrivant en Suisse par les airs devront présenter un test PCR négatif.

  • Quiconque entre en Suisse (sauf en voiture), devra enregistrer ses coordonnées en ligne.

  • La durée de la quarantaine sera réduite à 7 jours pour autant qu’un test négatif soit réalisé.

  • La Confédération prendra en charge des actions de dépistage chez des personnes sans symptôme, ainsi que la vaccination dans les pharmacies.

Le tarif sera salé: ne pas porter son masque dans le train, au marché ou là où il est obligatoire dans l’espace public: ce sera 100 fr. d’amende. Participer à une manifestation privée interdite: ce sera 100 fr. aussi, et même 200 pour l’organisateur. Pour un rassemblement de plus de 5 personnes sur l’espace public: 50 fr. Manger ou boire debout dans le bar de votre hôtel: 100 fr.

«Pouvoir infliger sans attendre une amende d’ordre en cas de violation des mesures doit promouvoir leur respect et décharger les autorités de poursuites pénales», dit le Conseil fédéral dans son communiqué. Les exceptions déjà prévues par la loi (enfants de moins de 12 ans et personnes au bénéfice de raisons médicales) sont toujours valables.

Le Conseil fédéral a adopté à cet effet une ordonnance afin de pouvoir dresser des amendes d’ordre sans devoir passer par des dénonciations à la justice. «C’est une demande des cantons», a dit Alain Berset. Reste à savoir avec quel zèle les autorités voudront bien appliquer cette possibilité, mais la volonté est claire: il faut être plus sévère avec le respect des mesures. Ou, du moins, avoir la possibilité de l’être.

Cas en baisse, mesures en hausse

Pourtant, comme l’a encore relevé Alain Berset, l’évolution de l’épidémie semble assez favorable, avec des niveaux de contaminations plus observés depuis belle lurette et un nombre de cas qui oscille autour des 2000. «Mais derrière ces chiffres se cache un doublement des cas des nouveaux variants chaque semaine», a-t-il mis en garde. Ceux-ci représentaient 10% des contaminations déjà la semaine dernière.

Quarantaines assouplies

En revanche, une autre mesure a été légèrement assouplie: celle des quarantaines. Elle pourra être levée le 7ème jour si un test négatif est réalisé. «Ce test sera à la charge de la personne testée et dans les jours qui suit, la personne devra porter le masque au delà des normes habituelles», a noté Alain Berset. Attention toutefois: cette modification n’entre en vigueur que le 8 février.

Tests gratuits, mais pas tous

La stratégie de dépistage est aussi renforcée. Le Conseil fédéral a annoncé prendre en charge les tests des personnes asymptomatiques. Mais attention: ça ne veut pas dire que l’on pourra se pointer spontanément dans un centre pour se faire gratter le nez, à l’œil, juste avant d’aller rendre visite à grand-maman.

Ces prises en charge ont un aspect «institutionnel»: ils concerneront des tests d’ampleur dans des lieux tels que les EMS, les hôtels, les écoles («où le virus peut se propager rapidement», a admis Alain Berset) ou dans des entreprises en cas de soupçon de foyer d’infection. L’OFSP devra approuver des plans présentés par les institutions concernées. «Ces tests rapides ne sont pas assez utilisés. Il s’agit ici d’une incitation à le faire», a dit le ministre.

Des PCR pour entrer en Suisse

Quant aux frontières, des mesures étaient là aussi attendues après la demande unanime des partis représentés au Parlement. Le gouvernement y a partiellement accédé. Toute personne qui entrera en Suisse par avion devra présenter un test PCR négatif, même si elle vient d’un pays qui n’est pas sur la liste des zones à risque. Elle devra enregistrer ses coordonnées en ligne, tout comme ceux qui entrent en Suisse par d’autres moyens de transport, excepté en voiture.

Par contre, ceux qui entrent en voiture en provenance d’une zone à risque devront eux aussi enregistrer leur arrivée auprès des autorités. «Les mesures simples, claires, univoques, ça n’existe pas», avait averti le président Guy Parmelin en ouverture de conférence de presse.

Votre opinion