12.11.2015 à 13:08

footAmical - Allemagne: la dernière chance de "Super Mario" Gomez (MAGAZINE)

Berlin, 12 nov 2015 (AFP) - Privé du sacre mondial, l'avant-centre Mario Gomez a obtenu de Joachim Löw une dernière chance de rêver de l'Euro-2016 avec la sélection allemande, qu'il devra défendre dès vendredi en match amical contre la France au Stade de France.

"Il est de nouveau sûr de lui et a mérité cette chance de montrer ses qualités et démontrer qu'il est une option pour notre attaque", a commenté le sélectionneur en annonçant sa liste pour les deux derniers matches de l'année, à Paris puis à Hanovre contre les Pays-Bas quatre jours plus tard.

Plus de 400 jours que Gomez espérait cela! Depuis sa dernière apparition en septembre 2014 et cette "revanche" perdue (2-4) contre l'Argentine qu'il avait quittée sous les sifflets de son public, relégué sur le banc le match suivant avant de disparaître du radar de Löw.

Le natif de Riedlingen, au sud de Stuttgart où il s'est révélé, a tourné la page sur ce match qui "appartient aux deux années difficiles à Florence". Où il n'a jamais pu s'imposer, perturbé sans cesse par les blessures (ligaments croisés, cuisse...) qui ont finalement ruiné ses espoirs d'être au Mondial brésilien.

"Je ne prenais plus de plaisir parce que je n'avais aucune condition physique", se souvient le trentenaire qui a retrouvé le sourire et le chemin du but depuis son prêt cet été à Besiktas.

L'air du Bosphore l'a revigoré. Il a retrouvé les allures du "Super Mario" au fier port de tête, qui fut meilleur buteur de Bundesliga avec le Bayern en 2011 (28 buts en 32 matches).

Conrètement, l'athlétique Gomez (1,89 m, 88 kg) a déja régalé son nouveau public de 9 buts en 15 matches pour mener le club stambouliote en tête du championnat turc et rester invaincu en Europa League.

Sa renaissance s'est conjuguée avec le débat outre-Rhin autour de l'absence d'un véritable avant-centre depuis la retraite de Miroslav Klose, né du manque de réalisme devant le but particulièrement flagrant lors de la défaite en Irlande (1-0) et le succès arraché face à la Géorgie (2-1) en fin de qualifications.

"Quand Mario est en forme, qu'il joue régulièrement, qu'il est en confiance, il peut être précieux pour n'importe quelle équipe et évidemment pour nous", avait répété Löw face à la pression médiatique.

"Mais il est important qu'un joueur, de par son style de jeu, convienne à notre philosophie", avait ajouté le technicien pour qui Gomez ne semblait plus convenir au système de la Mannschaft en raison d'une technique rudimentaire et d'une qualité de passe peu sûre.

Löw s'est rendu à Besiktas, a vu à l'oeuvre le Gomez nouveau et admis que dans de telles conditions l'attaquant aux 60 capes est "extrêmement dangereux dans la surface de réparation".

Justement, face à la pléiade de milieux offensifs, lui est "un spécialiste devant le but". "Les mouvements et les courses d'un vrai avant-centre sont différents de ceux d'un faux" numéro 9, a insisté Gomez lors du rassemblement à Munich où il a contribué au triplé historique en 2013.

Vendredi, ce sera le "Rendez-vous à Paris", au Stade de France. L'endroit idéal pour se distinguer, pour relancer un compteur en sélection bloqué à 25 buts. Et maintenir l'espoir d'y retourner le 10 juillet 2016 pour la finale de l'Euro...

sg/chc

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!