Publié

FootballAmical - Angleterre-Brésil: Rooney en star unique (MAGAZINE)

LONDRES, 4 fév 2013 (AFP) - Wayne Rooney va retrouver avec l'Angleterre le statut et les responsabilités de superstar unique, mercredi à l'occasion d'un match amical de prestige contre le Brésil à Wembley, alors qu'à Manchester United il doit désormais partager les lauriers avec Robin Van Persie.

Arrivé cet été d'Arsenal, le Néerlandais a marqué beaucoup plus de buts (18 contre 10 en Premier League) et donné presque autant de passes décisives que l'Anglais (6 contre 7), ce qui conduit de nombreux commentateurs à donner à l'ex-"Gunner" le mérite de la suprématie retrouvée des "Red Devils", en tête avec neuf points d'avance sur City dans le Championnat d'Angleterre. Tout le monde a noté aussi que Rooney avait renoncé à tirer les penalties, après en avoir manqué deux cette saison, dont le dernier il y a une semaine en FA Cup contre West Ham (1-0), lors d'une soirée où il avait quand même donné la victoire aux siens en marquant le seul but du match. Jugeant que son bilan dans l'exercice - dix penalties ratés depuis qu'il porte le maillot des "Red Devils" - était "insuffisant", il s'en est ouvert à son entraîneur Alex Ferguson, et les deux complices ont décidé de transférer cette tâche à... Van Persie. De là à dire que l'Anglais est passé dans l'ombre du Néerlandais, il y a un pas que les experts ne franchissent pas, à l'image de l'entraîneur de Tottenham Andre Villas-Boas. "C'est Wayne Rooney qui fait marcher United, grâce à ses mouvements, au fait qu'il se sacrifie pour l'équipe. Il a l'esprit collectif, la rage de vaincre et la concentration", a récemment estimé le Portugais. Le génial rouquin, 27 ans, reste le rouage essentiel du système d'Alex Ferguson, qui l'a installé depuis deux saisons dans un rôle d'organisateur, légèrement en retrait de l'attaque, ce qui explique un nombre de buts en diminution. Sa technique et la vision du jeu font merveille dans cette position nouvelle, au grand bénéfice de l'équipe... et de Van Persie. Déjà blessé en début de saison, Rooney a encore été empêché de jouer pendant trois semaines au moment des Fêtes de fin d'année, par une blessure au genou. Revenu plein de "jus", il vient de marquer cinq buts en autant de matches, le dernier ce week-end lors d'une difficile victoire à Fulham (1-0). De quoi réjouir le sélectionneur Roy Hodgson, qui compte plus que jamais sur le talent créatif du Mancunien pour se sortir d'un groupe de qualification au Mondial-2014 plus compliqué qu'attendu pour l'Angleterre, seulement deuxième, à deux points du Monténégro, après deux victoires sur la Moldavie et Saint-Marin et deux nuls contre l'Ukraine et la Pologne. Rooney a fait son travail sous le maillot national en marquant trois buts, dont un à Varsovie, lors du dernier match en date, au mois d'octobre. Cela devrait être suffisant pour qu'on lui laisse tirer les penalties. fbx/gv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!