Publié

footAmical - France: La rédemption de Benzema (MAGAZINE)

Par Emmanuel BARRANGUET Nice, 8 oct 2015 (AFP) - Karim Benzema a mis à mal les critiques sur son inefficacité en équipe de France en réussissant un doublé et une passe décisive contre l'Arménie (4-0), jeudi en match amical à Nice.

Le binôme avec Antoine Griezmann, buteur après un une-deux avec "Benz", a très bien fonctionné, les deux s'échangeant les rôles de passeurs et buteurs sur leur première réalisation. Le Madrilène a évité de dépasser l'année sans but en Bleu. Il n'avait plus marqué depuis le 11 octobre 2014 contre le Portugal (2-1). Le meilleur buteur de Liga a déjà traversé un désert plus sec, 16 mois sans marquer, 1222 minutes de silence bleu, avant de se libérer un 11 octobre, en 2013, contre l'Australie (6-0). Après avoir quand même raté plusieurs occasions, il s'est libéré en dévorant au duel de la tête Karlen Mkrtchyan sur un corner de... Griezmann (77). Deux minutes plus tard un ballon contré par Anthony Martial l'a envoyé vers le doublé (79). La classe de Benzema transparaît sur sa part du une-deux qui amène le but, d'une passe merveilleusement dosée dans la course (35). Il aurait pu en réussir une deuxième décisive pour le même Griezmann, mais il a manqué sa talonnade (71), ou pour Morgan Schnederlin (73). Mais il n'a pas soigné son blues du buteur. Dès le début du match, ses coéquipiers l'ont cherché, comme cette passe en profondeur de Yohan Cabaye (5) ou ce centre de Mathieu Valbuena (8), pour une frappe non cadrée de Benzema. Ils ont dû entendre le message de Didier Deschamps, qui répète que son avant-centre "n'est pas seul responsable" de son inefficacité, il faut aussi recevoir des ballons. Mais ce n'est de la faute que personne d'autre quand l'ex-Lyonnais tope sa frappe, trop facile pour Gevorg Kasparov (30), quand il manque sa percée (33) ou qu'il intercepte une passe qui semblait destinée à Griezmann (41). Il a aussi tenté un retourné (53), puis été mis en échec par Kasparov sur centre de Matuidi (58). Le public a commencé par le prendre en grippe, le sifflant par exemple sur un jeu à deux cette fois manqué avec Griezmann juste avant son premier but. L'autre Madrilène de l'attaque des Bleus, mais de l'Atletico, a marqué des points en réussissant son sixième but en 21 sélections, mais le premier en tant que titulaire. Dans une animation offensive à géométrie variable, l'Alsacien a quelquefois partagé le front de l'attaque avec Benzema, Mathieu Valbuena jouant plus en meneur axial. Ils ont aussi attaqué dans le 4-3-3 plus habituel, avec Valbuena à gauche et Griezmann à droite, mais sans jamais être collé à la ligne de touche, une partition qu'il n'aime guère. A la sortie du "Petit" (63), Griezmann a repris un peu son rôle de meneur, Anthony Martial entrant à gauche, et a pris les coups de pieds arrêtés. Griezmann a brillé contre une équipe et dans un stade qui lui réussissent. Il avait déjà marqué le troisième but contre l'Arménie à l'aller (3-0) à Erevan, et déjà marqué en Bleu à l'Allianz Riviera contre le Paraguay (1-1), avant la Coupe du monde au Brésil. Avec Griezmann et Benzema, les Bleus ont retrouvé un pouvoir offensif. eba/jl

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!