Publié

footAmical - Italie B de justesse contre l'Albanie (COMPTE RENDU)

Gênes (Italie), 18 nov 2014 (AFP) - Une équipe d'Italie totalement remaniée a peiné pour battre l'Albanie (1-0) en fin de partie, mardi à Gênes en match amical, confirmant que le choix d'internationaux pour Antonio Conte était assez restreint.

Seul Stefano Okaka s'est distingué, marquant le seul but du match, dévié par la tête de Hamdi Salihi, à sept minutes de la fin, pour sa première sélection. Hormis ce but, les "Azzurri" n'ont pas montré grand-chose. Le sélectionneur avait demandé de l'indulgence pour le bal des débutants, mais la musique n'était pas bonne. L'Albanie, elle, est passé à sept minutes d'un second résultat prestigieux de rang, après son nul en France (1-1). Deux jours après le nul contre la Croatie (1-1), comptant lui pour les qualifications à l'Euro-2016, Conte n'avait gardé qu'un seul titulaire, le défenseur central Leonardo Bonucci, capitaine. Il a offert leur première sélection à plusieurs joueurs, dont le défenseur Emiliano Moretti (Torino), le milieu Andrea Bertolacci (Genoa), titulaires, et Okaka, l'attaquant de la Sampdoria Gênes, entré à la place de Sebastian Giovinco (65). Sitôt sur "sa" pelouse de Marassi, Okaka s'est créé la première vraie occasion de l'Italie, une frappe puissante boxée par Etrit Berisha (69), gardien de la Lazio Rome. Mais les débats ont été équilibrés, devant un public partagé entre les deux équipes. La première action fut même albanaise, sur un ballon perdu par Lorenzo De Silvestri, Sokol Cikalleshi s'est échappé et a frappé sur la barre (37). Cette frayeur a réveillé les débutants italiens et Bertolacci a envoyé une puissante frappe repoussée par Berisha (38). La circulation de balle s'est améliorée aussi, et l'Italie a commencé à se créer plus d'occasions, avec une frappe travaillée d'Alessio Cerci (45 1) et une trop croisée de Mattia Destro (62). Conte a passé en revue l'arrière-banc des internationaux. Même Mattia Perin, le gardien du Genoa, est entré pour les vingt dernières minutes, à la place du Parisien Salvatore Sirigu, qui s'est fait une frayeur sur un ballon relâché (51). "C'est un moment difficile pour l'Italie", a déclaré Conte à la chaîne italienne Rai1 après le match, évoquant le manque de très grands joueurs, "mais sur six matches, nous en avons gagné cinq et fait une fois (match) nul. Aimons-nous, jeunes et vieux, personne ne va nous aider." eba/es

(AFP)

Votre opinion