12.11.2015 à 18:20

footAmical - L'Allemagne en repérage en France, à sept mois de l'Euro-2016 (PRESENTATION)

Par Keyvan NARAGHI

Paris, 12 nov 2015 (AFP) - L'Allemagne championne du monde en titre s'apprête à disputer un match de prestige vendredi (20h00 GMT), à sept mois de l'Euro-2016, dans le stade qui en accueillera la finale, contre une équipe de France déstabilisée par l'affaire Benzema.

Les Allemands ne le cachent pas, Manuel Neuer en tête : ils sont en repérage en vue du Championnat d'Europe dont la finale aura lieu le 10 juillet prochain, au stade de France, à Saint-Denis. "C'est important de pouvoir s'imprégner de l'atmosphère de ce stade", a claironné le gardien mercredi.

Pour cette affiche contre une équipe qu'il classe "parmi les favoris" du tournoi continental, le sélectionneur allemand Joachim Löw a toutefois laissé au repos des champions du monde tels que les leaders techniques Mesut Özil ou Toni Kroos.

Il pourrait choisir de titulariser ses meilleurs joueurs vendredi - dont Mats Hummels, le défenseur central qui avait éliminé les Bleus de la tête en quart de finale du Mondial-2014 (1-0) - ou décider de tester de nouveaux éléments. Il a ainsi convoqué pour la première fois le gardien du Paris SG, Kevin Trapp, et le jeune attaquant de Schalke, Leroy Sané.

"On traverse une année d'après Coupe du monde et on a certaines choses à essayer à certains postes, mais nous sommes déjà dans une logique de préparation. (...) Le chantier prend forme", a estimé Löw.

Pour l'équipe de France, ce choc devait constituer le point d'orgue de la préparation pour l'Euro-2016. Mais le scandale provoqué par la mise en examen de Karim Benzema dans l'affaire du chantage à la "sex-tape" contre Mathieu Valbuena a totalement changé la donne, plaçant le sélectionneur Didier Deschamps dans une situation extrêmement inconfortable. Et transformant la venue de l'Allemagne en match-laboratoire, la question de l'avenir de Benzema en Bleu était clairement posée.

Soucieux de préserver son groupe des turbulences, "DD" s'est passé des services de Benzema et de Valbuena. Le joueur du Real Madrid est officiellement forfait pour une blessure aux ischio-jambiers alors que le sélectionneur a estimé que Valbuena n'était pas dans les "meilleures conditions psychologiques".

Deschamps, qui pensait avoir idéalement placé ses troupes sur les rails en vue de l'Euro avec quatre victoires consécutives, une première depuis sa nomination en 2012, et comptait aligner son équipe-type pour défier les quadruples champions du monde, devra peut-être envisager la vie sans Benzema et modifier ses plans en fonction des prochains développements de l'enquête et de la procédure judiciaire.

Avec deux matches amicaux en cinq jours - la France enchaînera par un déplacement en Angleterre mardi à Wembley -, il va pouvoir juger sur pièces s'il possède des solutions de rechange crédibles sur le plan offensif.

Une aubaine pour Olivier Giroud et Anthony Martial. L'attaquant d'Arsenal, jusqu'ici reclus dans l'ombre de Benzema, devra démontrer qu'il a l'étoffe pour le remplacer, face à une adversité bien plus consistante que le Danemark (2-1 le 11 octobre), où il s'était remis en selle en sélection avec un doublé, associé avec Martial et Antoine Griezmann.

Les deux revenants Hatem Ben Arfa et André-Pierre Gignac ou le jeune bizuth Kingsley Coman (19 ans) restent eux aussi tributaires de l'avenir international de Benzema, voire de Valbuena, mais dans des rôles de supplétifs de luxe pour le moment.

En dehors de la problématique de l'attaque, le forfait en défense de Mamadou Sakho (entorse genou droit) est une chance pour Laurent Koscielny de s'installer dans l'axe aux côtés de l'indéboulonnable Raphaël Varane.

kn/pgr/chc/yk

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!