Publié

footAmical - Une Allemagne sans saveur s'incline contre la France à Paris (COMPTE RENDU)

Paris, 13 nov 2015 (AFP) - Les Allemands, champions du monde en titre, se sont inclinés vendredi soir au Stade de France contre la France (2-0), sans avoir su trouver la clé pour ouvrir le coffre fort français, dont la défense a très bien tenu.

Le match n'a pas été perturbé par les événements tragiques qui ont frappé la capitale dans la soirée, jusqu'aux alentours du Stade de France. Deux bruits d'explosions ont été entendus aux alentours de la 20e minute. A la fin du match, les spectateurs ont quitté l'enceinte par trois portes, alors que quelques milliers d'entre eux ont trouvé refuge sur la pelouse dans le calme.

Les troupes de Didier Deschamps ont donc réussi leur test grandeur nature à sept mois du Championnat d'Europe organisé sur leur sol, le tout en pleine tempête provoquée par l'affaire Benzema, mis en examen pour "complicité de tentative de chantage et participation à une association de malfaiteurs" contre Mathieu Valbuena. Cette affaire ne les a visiblement pas perturbés.

La défense allemande a pu vérifier le talent de l'attaquant français Anthony Martial, auteur d'un véritable festival sur le côté gauche et d'un service en or pour Giroud (45e). Le deuxième but signé par le revenant André-Pierre Gignac (86e) donne bien la preuve que l'équipe de France peut survivre à une éventuelle mise à l'écart définitive de Benzema.

Côté allemand, peu de choses à se mettre sous la dent pendant la première période, Thomas Müller ratant le cadre à la 35e minute avec un pied d'appui qui lui échappait, et Mario Gomez, en conclusion d'un enchaînement au coeur de la défense française, n'arrivait pas non plus à cadrer.

Pendant longtemps, le spectacle proposé a été indigne de deux favoris du prochain tournoi continental. Le premier tir cadré des Français n'est intervenu qu'à la 40e minute (Griezmann).

Ce 5e succès d'affilée est la bonne nouvelle qu'attendait le patron de l'équipe de France, après une semaine sous tension où les grands absents de ce stage (Benzema, Valbuena) ont accaparé toute l'attention.

nip-tba/tba/yk

(AFP)

Votre opinion