Publié

TennisAndre Agassi avait prédit la défaite de Federer

Le champion américain livre ses analyses, force sagesse et contemplation. Sans hésiter, il affirme: «L'histoire prouvera que cette époque est l'âge d'or du tennis.»

par
Christian Despont
Keystone

Deux heures avant la demi-finale entre Federer et Murray, Andre Agassi est apparu en prophète, pantalon blanc sur un hâle immaculé, halo de sagesse sur un crâne lustré. Il a prédit l'avenir, forcément. Mieux: il l'a lu dans le passé. «Quand Roger écrasait le circuit, il perdait deux ou trois matches par an, et c'était souvent contre Canas ou Murray. Pourquoi? Parce que ces joueurs bougeaient bien. En voyant que deux, trois ou quatre bonnes frappes ne suffisaient pas à conclure, Roger commençait à forcer un peu, à devenir anxieux, puis à rater. Ce soir, s'il livre une course contre la montre, il évoluera dans l'urgence, et Andy utilisera ses jambes pour le conforter dans ce sentiment. Donc je prédis une victoire de Murray.»

Agassi jouit d'une retraite paisible. Il a vécu avec son temps et, plus que jamais, mesure sa chance. «Je crois que le seul moyen pour moi de battre Djokovic serait de lui casser la figure aux vestiaires. Et encore… Si je jouais aujourd'hui, je serais décontenancé. Ma stratégie serait ruinée. Derrière le point, je cherchais à percer l'homme, puis à l'étouffer. Or il n'y a plus personne derrière le point. Vous ne savez plus à qui vous avez affaire. Il n'y a plus de failles. L'histoire prouvera que cette époque est l'âge d'or du tennis.»

Puis vint la question de son ami Lance Armstrong, et les mots lui manquèrent. «Déception. Choc. Tristesse. Colère, en définitive. J'ai cru en la parole de Lance jusqu'au bout.» Andre Agassi avait subi un contrôle positif à la méthamphétamine. Une simple lettre d'excuse à l'ATP avait suffi à l'absoudre. «Si le tennis a signé le code de l'AMA, je n'y suis peut-être pas pour rien… Et j'en suis très heureux. Notre sport avait besoin d'une gouvernance indépendante. Sous la menace de l'AMA, je n'aurais pas détruit ma vie avec des drogues récréatives. La lutte antidopage m'a sauvé sur de nombreux fronts.» Le sien, désormais, transpire la sagesse.

Ton opinion