Hockey sur glace: Andrea Glauser: «Le tournant du match? Il s’est produit dans le vestiaire»
Publié

Hockey sur glaceAndrea Glauser: «Le tournant du match? Il s’est produit dans le vestiaire»

Le défenseur du Lausanne HC, qui dispute son premier Championnat du monde, s’est exprimé après la victoire décrochée par l’équipe de Suisse sur la France (5-2) dimanche soir à Helsinki. Interview.

par
Chris Geiger
(Helsinki )
Andrea Glauser compte deux points après six matches au Mondial.

Andrea Glauser compte deux points après six matches au Mondial.

Urs Lindt/freshfocus

Andrea Glauser, comment analysez-vous cette rencontre face à l’équipe de France?

On n’a pas joué notre jeu lors du premier tiers. Lorsqu’on joue de la sorte, on ne peut pas gagner. Heureusement, on a parlé tous ensemble lors de la première pause. À partir de là, on a retrouvé notre jeu. C’est-à-dire de jouer simple. Dès lors, on a commencé à patiner et à finir nos charges.

Aviez-vous encore la tête au Canada lors des vingt premières minutes?

Non, je ne pense pas. Lors de l’avant-match et durant l’échauffement, j’ai eu l’impression qu’on était prêts. Il faut aussi donner du mérite à l’équipe de France, qui a joué son jeu. Elle a mis le puck en bas et a fore-checké. De notre côté, on a fait beaucoup de turnover. C’est-à-dire qu’on a perdu beaucoup de pucks à la ligne bleue. Les Français en ont profité pour marquer rapidement à deux reprises.

Selon vous, quel a été le tournant du match? Le penalty manqué par Alexandre Texier (14e) ou la bagarre (18e)?

Ni l’un, ni l’autre. À mon avis, le tournant du match s’est produit dans le vestiaire lors de la première pause. On était conscients qu’en continuant de la sorte, on n’allait pas être en mesure de gagner le match. Or, on voulait absolument l’emporter. Je pense que cette première pause nous a permis de changer la physionomie de la rencontre.

Il vous reste désormais ce duel face à l’Allemagne (mardi, 11h20) pour assurer votre première place. Pour y parvenir, il ne faudra pas perdre dans le temps règlementaire….

Désormais, tous les matches ressembleront à des finales. On joue tout le temps pour gagner. Face à l’Allemagne, il faudra être prêts d’entrée car il s’agit d’une équipe qui a un jeu très direct. Elle met le puck sur le goal et elle fore-checke. C’est pourquoi on devra être tout de suite prêts. Sinon, on risque de ramasser. 

L’équipe de Suisse reste sur une élimination en quarts de finale contre l’Allemagne lors du dernier Mondial. Ce n’est donc pas un bon souvenir…

Personnellement, je n’étais pas présent en Lettonie. Mais j’avais évidemment regardé cette partie. L’Allemagne possède une bonne équipe, avec des joueurs très travailleurs. Si on ne fait pas notre job, si on commence à jouer sur une jambe, on ne va jamais gagner ce match. C’est aussi simple que ça.

Sur le plan individuel, comment vivez-vous ce premier tournoi mondial?

Pour le moment, ça se passe globalement bien, surtout avec toutes ces victoires. Mais je dois avouer que j’ai encaissé deux ou trois buts qui me font ch… Malgré tout, j’essaie de me montrer solide derrière et ne pas sur-jouer. J’essaie de jouer simple, de donner le puck le plus vite possible aux attaquants. Le tournoi n’est pas fini. Je vais rester les pieds sur terre en attendant les prochaines grosses échéances. La pression? Je ne dirais pas qu’on en a. Je prends simplement du plaisir à jouer au hockey, comme toute l’équipe. On a un bon groupe et ça fait vraiment plaisir d’en faire partie.

Votre opinion