FOOTBALL: Andres Gerber: «Je vais toujours rester le même, en jeans et en tee-shirt»

Publié

FOOTBALLAndres Gerber: «Je vais toujours rester le même, en jeans et en tee-shirt»

Directeur sportif du FC Thoune, l’ancien joueur en est désormais devenu aussi le président, suite à la démission de Markus Lüthi. «Je me suis senti obligé d’accepter», dit-il

par
Nicolas Jacquier
A Thoune,  Andres Gerber (ici à droite, saluant Leonardo Bertone lors de la reprise de l’entraînement cette semaine) va cumuler les casquettes, sans se départir de son flegme naturel.

A Thoune, Andres Gerber (ici à droite, saluant Leonardo Bertone lors de la reprise de l’entraînement cette semaine) va cumuler les casquettes, sans se départir de son flegme naturel.

Keystone

Pour le FC Thoune, la dixième saison dans l’élite aura été celle de trop. La Super League reprendra dans quelques semaines sans le grand «petit» club oberlandais, dont le combat perpétuel pour le maintien avait fini par susciter la sympathie à travers tout le pays.

Une présence ininterrompue qui devait aussi beaucoup au flair d’Andres Gerber (47 ans), son efficace directeur sportif, passé maître dans l’art de dénicher des seconds couteaux oubliés. Mais cette fois, cela n’a pas suffi…

Le club bernois n’a pas vu le danger à temps

Pourquoi? «Cette relégation laisse un goût bizarre, concède l’ancien joueur de Grasshopper et du LS notamment. Tout le monde pensait que Thoune allait une nouvelle fois se sauver, que rien ne pouvait nous arriver après notre magnifique deuxième partie de saison. C’était oublier que Vaduz, auteur lui aussi d’une belle remontée, a évolué sans pression. Quand on s’est retrouvé face au danger, on n’a plus eu le temps de se dire que c’était dangereux.»

«Une page importante s’est tournée mais il reste de nouveaux chapitres à écrire»

Andres Gerber, président et directeur sportif du FC Thoune

Une page s’est ainsi tournée au soir du 10 août, avec la chute du FC Thoune. «Il y a toujours pleins de raisons pour justifier un échec. On a raté le coche lors du dernier match à Zurich, sans doute avant aussi. Avec le recul, on peut également se dire que le vrai problème provenait de notre première partie de saison complètement ratée (ndlr: Thoune était lanterne rouge à Noël, accusant 5 points de retard sur Xamax). Ce qui nous est arrivé, c’est l’histoire du football. Une page importante s’est tournée mais il reste de nouveaux chapitres à écrire.»

A la Stokhorn Arena, la relégation du club bernois devait aussitôt entraîner le départ de Markus Lüthi, son fidèle président, qui a démissionné au lendemain du naufrage. Quand il s’est agi de lui désigner un successeur, le nom d’Andres Gerber s’est naturellement imposé. «On ne m’a pas vraiment demandé si je voulais être président, mais j’ai rapidement compris que j’étais peut-être la personne la plus habilitée à occuper cette fonction pour l’avenir du club.»

«En Suisse, Thoune est un club apprécié, on doit veiller à préserver cette sympathie»

Andres Gerber, président et directeur sportif du FC Thoune

Face au vide laissé par Lüthi, notre interlocuteur dit ne pas avoir trop hésité. «Je suis à Thoune depuis 17 ans, j’en suis le directeur sportif depuis 10 ans… Markus ne m’a pas poussé, il voulait juste voir comment je réagirais à son départ. Et comme il n’y avait personne d’autre, j’en ai tiré les conséquences. Pour le rayonnement du FC Thoune à l’extérieur, je me suis senti obligé d’accepter. Pour nos partenaires comme pour nos fans, il était important de rapidement clarifier la situation. En Suisse, Thoune est un club apprécié, on doit veiller à préserver cette sympathie. Il y a deux ans, Markus avait déjà vaguement évoqué sa succession, me demandant si cela pouvait m’intéresser. A l’époque, je lui avais répondu qu’il n’en était pas question. Et voilà où j’en suis aujourd’hui!» (Rires)

Occupant pour l’heure la fonction honorifique de vice-président, Andres Gerber devra attendre la prochaine assemblée pour être officiellement porté à la tête du FC Thoune. Ce qui ne l’empêche nullement d’en être déjà le boss dans les faits. Comment conçoit-il son ère de président? «Je vais toujours rester le même, en jeans et en tee-shirt parce que je suis ainsi, répond-il. Si je devais enfiler un costume pour ressembler à un président tel que les gens l’imaginent, ce ne serait déjà plus moi.»

A ce jour, le président Gerber cumule les mandats, continuant de porter plusieurs casquettes. «Pour tout ce qui concerne l’opérationnel et les relations extérieures, je suis le répondant. Pour tout ce qui concerne la gestion sportive, je profite aussi de la présence d’un assistant pour m’épauler.»

Le coach a été reconduit dans ses fonctions

Avant la reprise du championnat, qu’en est-il des ambitions bernoises? La volonté existe-t-elle de remonter au plus vite? «La volonté existe mais tout dépendra aussi des moyens. A ce jour, on ne sait pas encore quel sera notre budget ni à quoi ressemblera notre contingent. Grasshopper, Xamax, Aarau voudront aussi remonter. Alors, on verra bien.»

Seule certitude : malgré l’échec sportif, l’entraîneur Marc Schneider a été reconduit dans ses fonctions. On peut y voir là une forme de continuité. Et le fait que le FC Thoune, au-delà de la désillusion que constitue sa relégation, reste sage, fidèle à sa politique et à son slogan, affiché partout en dialecte bernois dans toute la région – «Wahri Liebi». Le vrai amour, celui qui ne disparaît jamais.

Ton opinion

9 commentaires