Publié

PolitiqueAngela Merkel catapultée «leader du monde libre»

Après l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, beaucoup voient en la chancelière allemande, la cheffe du monde libéral.

Angela Merkel rencontrera Barack Obama en fin de semaine.

Angela Merkel rencontrera Barack Obama en fin de semaine.

Archives, Keystone

Etats-Unis tentés par l'isolationnisme, autoritarisme en Russie ou en Turquie, Union européenne en crise: depuis l'élection de Donald Trump, tous les regards se tournent vers Angela Merkel, qui s'apprête à devoir endosser de nouvelles responsabilités sur la scène internationale.

«L'expression 'leader du monde libre' est habituellement appliquée au président des Etats-Unis, rarement du reste sans ironie. Je suis tenté de dire que la leader du monde libre est désormais Angela Merkel», estime l'historien britannique Timothy Garton Ash, professeur à Oxford, dans une tribune publiée par le quotidien britannique Guardian.

Dernière visite de Obama président

En lui rendant visite jeudi et vendredi à Berlin, Barack Obama va un peu plus souligner les attentes croissantes pesant sur la chancelière allemande, qu'il a qualifiée «de partenaire internationale probablement la plus proche de ces huit dernières années».

Ce n'est pas en Grande-Bretagne, allié traditionnel de Washington, que le président américain sortant a décidé de faire ses adieux à l'Europe, mais en Allemagne. Il donne ainsi à certains le sentiment de vouloir y passer un relais.

«Valeurs humanistes»

«L'élection de Donald Trump fait d'Angela Merkel la dernière défenseuse des valeurs humanistes de l'Occident», juge ainsi le New York Times. Pour le quotidien allemand de gauche taz, «l'importance de la chancelière va croître, elle doit maintenir la cohésion de l'UE, faire face à Poutine et Erdogan et contrôler Donald Trump».

Car le président américain élu alimente les craintes sur la fin du camp occidental en proclamant agir selon le principe du «America first», y compris dans les relations transatlantiques.

Bond de popularité

Les alternatives de leadership en Europe, fragilisée par la montée du populisme, ne sont pas légion: la Grande-Bretagne va être occupée pour des années par le Brexit, la France et l'Italie sont empêtrées dans les difficultés économiques internes. Dans ce contexte, rares sont les Allemands à douter qu'Angela Merkel sera candidate à un quatrième mandat lors des législatives de 2017.

«La chancelière est l'une des pierres angulaires de ce concept politique de l'Occident agissant comme un acteur mondial. Elle va donc se présenter, elle va agir comme un leader responsable», a affirmé un responsable de son parti, Norbert Röttgen, mardi sur CNN. La popularité de la chancelière a du reste bondi depuis l'élection américaine et elle pourrait dévoiler ses intentions dès dimanche.

Mener l'Europe

«Au vu des répercussions de la victoire électorale de Trump en Europe, elle va sans doute penser que sa tâche n'est pas terminée et qu'elle doit continuer à mener l'Europe», estime Daniela Schwarzer, directrice de l'institut de recherche allemand DGAP. Dans son message de félicitations à Donald Trump, Angela Merkel a été inhabituellement claire en lui rappelant l'importance des valeurs démocratiques.

«Les attentes à l'égard (de l'Allemagne) pour que nous contrions les tendances anti-démocratiques sont une responsabilité historique et j'espère que nous serons à la hauteur», résume Stefani Weiss, experte de la Fondation allemande Bertelsmann.

Relation distendue

Avec Donald Trump, la chancelière devra toutefois affronter une tendance au repli à Washington déjà perceptible. «Nous avons déjà observé sous l'ère Obama que la relation transatlantique s'est distendue et que les Etats-Unis ne voulaient et ne pouvaient plus être le gendarme du monde», souligne l'analyste.

Reste à savoir quelle sera la marge de manoeuvre d'Angela Merkel. L'Allemagne ne fait pas partie du conseil de sécurité de l'ONU et, en dépit de l'envoi récent de soldats au Mali pour lutter contre les islamistes ou en Lituanie face à la menace russe, le pays reste méfiant face à l'action militaire.

Face à la volonté de Donald Trump de nouer une relation plus apaisée avec Vladimir Poutine, «la politique pro-occidentale de Merkel sur la Russie pourrait finir en désastre», juge le quotidien allemand Die Welt.

Infiniment plus difficile

Avec Donald Trump, la chancelière voit aussi croître le camp des pays qui critiquent ouvertement sa politique migratoire généreuse, sa défense du libre-échange au niveau mondial ou la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique, autant de sujets phares de sa politique.

«La tâche de Merkel vient juste de devenir infiniment plus difficile», prévient Constanze Stelzenmüller, analyste de la Fondation Robert Bosch, dans une tribune pour le Washington Post.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!