20.01.2017 à 13:26

AllemagneAngela Merkel exclut de voir Marine Le Pen

La chancelière allemande va rencontrer François Fillon lundi mais n'a aucune intention de voir la cheffe du Front national.

Angela Merkel est l'une des cibles favorites de Mme Le Pen qui a dénoncé la politique pro-européenne et migratoire allemande.

Angela Merkel est l'une des cibles favorites de Mme Le Pen qui a dénoncé la politique pro-européenne et migratoire allemande.

AFP

Angela Merkel va recevoir lundi à Berlin le candidat de la droite à la présidentielle française, François Fillon. Elle exclut toute rencontre avec Marine Le Pen, cheffe de file de l'extrême-droite, qui pourrait arriver en tête au premier tour selon un sondage.

La rencontre entre la chancelière allemande et le candidat des Républicains est prévue à huis clos à la mi-journée lundi, selon le porte-parole de Mme Merkel, Steffen Seibert, s'exprimant lors d'un point presse régulier.

Il a souligné que recevoir des candidats à la présidentielle française était «une procédure assez habituelle». Il a cité l'exemple de 2007 lorsque Mme Merkel s'était entretenue avec les candidats de droite et de gauche, Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal.

En revanche, la chancelière conservatrice n'a aucune intention de voir la responsable du Front national, Marine Le Pen. «Il n'y a aucune raison» qu'elles se voient, a dit M. Seibert, «il est clair qu'il n'y a aucun point commun entre la politique défendue par le Front national et celle que défend la chancelière».

Mme Merkel est l'une des cibles favorites de Mme Le Pen qui a dénoncé la politique pro-européenne et migratoire allemande. Elle considère par ailleurs que Mme Merkel a imposé ses vues, notamment l'austérité budgétaire, à tous ses partenaires, qualifiant un jour devant le Parlement européen le président François Hollande de «vice-chancelier» allemand.

Congrès des droites populistes

La responsable du Front national sera, elle, samedi à Coblence en Allemagne pour un congrès de plusieurs partis des droites populistes et extrêmes d'Europe, notamment l'Alternative pour l'Allemagne (AfD). Ce parti connaît un essor important, surfant sur les inquiétudes générées par l'ouverture du pays à plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.

Galvanisés par les succès du Brexit et de Donald Trump, ces partis ont le vent en poupe dans de nombreux pays européens. Ils espèrent des scores records voire la victoire lors d'une série de scrutins clés cette année en France, en Allemagne ou encore aux Pays-Bas.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!