Actualisé

VaticanAngela Merkel rend une visite privée au pape François

La chancelière allemande a été reçue samedi durant 45 minutes au Vatican par le pape François, lors d'une visite éclair dans la Péninsule.

1 / 4
Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Keystone
Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Keystone
Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Cette rencontre privée s'est déroulée dans la salle de la bibliothèque au palais apostolique, en présence d'un interprète.

Keystone

«Durant ces entretiens cordiaux a été rappelée la longue histoire des relations entre le Saint-Siège et l'Allemagne, et ont été abordés des thèmes d'intérêt commun comme la situation sociale et politique, économique et religieuse en Europe et dans le monde», a indiqué le Vatican dans un communiqué.

«La discussion a abordé en particulier la défense des droits de l'homme, les persécutions contre les chrétiens, la liberté religieuse et la collaboration internationale en faveur de la paix», selon le communiqué.

Cette première rencontre de Mme Merkel avec le successeur de Benoît XVI a aussi permis «un échange de vues sur l'Europe en tant que communauté de valeurs et sur sa responsabilité dans le monde, avec l'espoir d'un engagement de toutes les composantes civiles et religieuses en faveur d'un développement fondé sur la dignité de la personne et inspiré des principes de subsidiarité et de solidarité».

Fille d'un pasteur luthérien, la chancelière a déclaré peu après à la presse que les scandales et les excès de la finance dénoncés par l'ancien prélat sud-américain montraient que les mécanismes de contrôle essentiels (des marchés) n'avaient pas fonctionné correctement.

«Les crises ont éclaté parce que les règles de l'économie sociale de marché n'ont pas été observées», a-t-elle estimé. La chancelière allemande a ajouté que le durcissement de la réglementation des marchés financiers serait le principal point à l'ordre du jour de la rencontre du G20 en septembre à Saint-Petersbourg.

(ats)

Votre opinion