Genève: Angelina Jolie défend la cause internationale

Publié

GenèveAngelina Jolie défend la cause internationale

L'actrice américaine et émissaire du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) s'est exprimée mercredi soir devant des centaines de personnes.

L'actrice a rencontré l'émissaire de l'ONU sur la Syrie Staffan de Mistura, mercredi.

L'actrice a rencontré l'émissaire de l'ONU sur la Syrie Staffan de Mistura, mercredi.

AFP

Les citoyens doivent défendre la cause internationale et l'ONU, même «imparfaite». Face à un monde «incertain», l'actrice américaine et émissaire du Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) Angelina Jolie a appelé mercredi soir à Genève à travailler pour ces valeurs.

«Les dirigeants les plus forts» sont ceux qui défendent les droits de l'homme en même temps que l'intérêt de leur pays, a-t-elle expliqué devant des centaines de personnes. Sans nommer son président Donald Trump, elle a dénoncé ceux qui se font élire en partie en «méprisant» la communauté internationale.

Renforcer son engagement

Du conflit syrien à la pire crise de réfugiés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la montée de la xénophobie ou la famine qui menace 20 millions de personnes en Afrique, elle a mentionné la période la plus «incertaine» depuis des décennies. Sans que le monde puisse s'appuyer sur une forte communauté internationale, a-t-elle déploré.

«Nous devons renforcer notre engagement pour l'ONU» même si elle doit se réformer, a-t-elle dit. Si les gouvernements ne le font pas, «comme citoyens nous le devons». Elle a ciblé les dommages lorsque l'ONU est «sous-estimée» ou n'est pas suffisamment soutenue. «Aucun appel humanitaire» de l'organisation n'est financé à au moins 50%, a-t-elle regretté.

Engagement renouvelé

Des avancées sociales, la liberté pour ceux qui n'en disposent pas et de meilleurs conditions pour les plus pauvres doivent être défendues, ajoute-t-elle. Les inégalités contribuent aux conflits, à l'instabilité et aux réfugiés, selon elle.

L'actrice a renouvelé son engagement auprès du Haut Commissaire pour les réfugiés Filippo Grandi. Elle a aussi rencontré l'émissaire de l'ONU sur la Syrie Staffan de Mistura.

(ats)

Ton opinion