Publié

footAngleterre - 35e journée: Chelsea champion d'Angleterre pour la 5e fois (COMPTE RENDU)

Londres, 3 mai 2015 (AFP) - Chelsea a remporté dimanche le cinquième titre de champion d'Angleterre de son histoire, le premier depuis cinq ans, en battant Crystal Palace (1-0) à Stamford Bridge grâce une nouvelle fois à Eden Hazard, son homme providentiel.

Avec 16 points d'avance sur Manchester City et Arsenal, qui jouent respectivement dimanche en fin d'après-midi et lundi soir, les Blues ne peuvent plus être rejoints et ont donc empoché un championnat qu'ils ont mené depuis la première journée. Qui d'autre qu'Eden Hazard aurait pu offrir ce sacre national aux Blues ? Personne. Le Belge, élu meilleur joueur de la saison par ses pairs, a porté son équipe sur ses petites épaules pendant toute cette campagne. Et dimanche, quand les Londoniens peinaient face à la défense bien organisée de Palace, c'est encore lui qui a trouvé la faille. Cela ne pouvait être que lui. Son 13e but de la saison, suite à son penalty repoussé par le gardien adverse, juste avant la mi-temps, a ramené Chelsea au sommet du football anglais. Le club et les supporteurs attendaient cela depuis 2010 et la machine bleue de Carlo Ancelotti. L'Italien a donc laissé place à José Mourinho, dont c'est le troisième sacre avec le CFC après 2004 et 2005, lors de son premier mandat au "Bridge". Et dès le coup de sifflet final, le Portugais a explosé sur son banc, définitivement libéré. De fait, ce titre est avant tout le sien. Son recrutement (Costa, Fabregas, Zouma plus Courtois) l'été dernier a été parfait. Ses choix ont été efficaces. Et si ses sorties médiatiques ont encore divisé le pays (géniales pour certains, énervantes pour d'autres), sa maîtrise absolue, son sens tactique inné et cette efficacité dans la gestion des erreurs de l'adversaire, qualités transmises à ses joueurs, ont fait la différence. Chelsea est la meilleure équipe d'Angleterre cette saison. Il n'y a aucun doute là-dessus. Même si sa deuxième partie de saison est plus poussive que la première. Même si les buts se font plus rares et le spectacle moins intéressant. John Terry et ses coéquipiers n'ont perdu que deux matchs de Premier League cette saison. Et ils ont aussi remporté la Coupe de la ligue en février. Le seul point noir de la saison aura été l'échec européen et cette élimination dès les huitièmes de finale de la Ligue des champions par le Paris SG (1-1, 2-2). L'approche trop prudente de Mourinho et la surprenante fébrilité des Londoniens avaient coûté la qualification. Mais en championnat, avec 16 points d'avance donc, soit plus que dans n'importe lequel des autres grands championnats européens, Chelsea n'a laissé que des miettes à ses concurrents. Et derrière, la bataille fait rage. Manchester City, 2e au classement, a l'occasion dimanche de prendre trois points d'avance sur Arsenal, qui ne joue que lundi à Hull. Mais pour cela il leur faudra gagner à Tottenham. Manchester United, 4e, a de son côté perdu du terrain avec sa troisième défaite de suite à domicile samedi, contre West Bromwich (1-0). La bataille pour les deux autres places directes en Ligue des champions sera rude. Dans le bas du tableau, la bagarre est peut-être encore plus intense. Burnley, 20e, et Queens Park Rangers, 19e, semblent condamnés, mais ensuite, seuls deux points séparent Sunderland (18e) d'Aston Villa (14e). Contrairement à la course au titre, celle au maintien se jouera bien jusqu'à la fin. cc/ol/bvo

(AFP)

Ton opinion