Publié

footAngleterre - Comment entrer dans le "Big Four" ? (MAGAZINE-DOSSIER)

Par Colin DRONIOU Londres, 4 août 2015 (AFP) - Grosses déceptions de la saison dernière, Liverpool, Tottenham et Newcastle ont usé cet été de moyens différents pour rebondir en 2015-2016 et tenter de se rapprocher des sommets de Premier League.

"Liverpool ne sera pas assez fort pour se glisser dans le Top 4, a déclaré sans ménagement le consultant vedette Alan Shearer. Rodgers a viré cet été ses deux adjoints qui ont payé le prix d'une saison ratée, mais j'ai du mal à croire que c'est pour aller dans une nouvelle direction technique". Tout le crédit des Reds et du technicien nord-irlandais après leur rang de dauphin en 2014 s'est en effet évanoui dans la foulée d'une insipide 6e place. Classement moyen d'un club cinq fois sur six au delà de la 5e place depuis 2009. Pour redresser la barre, Brendan Rodgers s'est vu remettre la carte bleue, mais en contrepartie, il lui faudra payer l'addition si les 105 M EUR dépensés ne produisent rien. Outre le départ du "monstre" Gerrard, dont il reste à voir si cela sert ou dessert son club, les Reds ont perdu trois autres titulaires en puissance, Lambert, Sterling et Johnson, en attendant celui de Balotelli dont la greffe n'a pas pris. L'image du club a aussi été écornée puisque Sterling, dont la vente à Manchester City a rapporté 60 M EUR, a gagné un bras de fer évitable. Pour compenser cette saignée, Skrtel a prolongé dans un secteur défensif aux abois, toujours pas la priorité malgré l'arrivé du prometteur latéral international Clyne. Surtout, Rodgers, après avoir visé juste avec Milner et Ings, libres, a dépensé tout son magot sur les buteurs Firmino (41 M EUR) et Benteke (46 M EUR). Avec Sturridge et Ings, voire Origi, il compte désormais cinq avant-centres... Les Spurs, qui végètent aux portes du Big Four depuis 2012, se sont lancés dans un grand ménage estival pour apurer la frénésie compulsive du club de Daniel Levy ces dernières années. Encore 5e au printemps, les Londoniens ont récupéré environ 42 M EUR en se séparant de Stambouli, Capoue, Assou-Ekotto, Paulinho, Holtby, Chiriches et Kaboul. Soldado et Adebayor sont les suivants. Seul le défenseur de l'Atletico, Alderweireld (16 M EUR), en vue avec Southampton où il était prêté, est arrivé comme titulaire probable. Quand le dégraissage sera achevé, Mauricio Pochettino, qui doit convaincre après une première saison quelconque, aura peut-être le droit à une dernière petite folie sur un attaquant, même s'il a réussi à conserver la révélation Kane (31 buts). De retour sur le chemin de la sagesse, les Spurs doivent désormais retrouver une route qui mène aussi aux ambitions sportives. Jadis moqué par toute l'Angleterre pour son mandat désastreux en sélection, Steve McLaren est arrivé comme sauveur des Magpies après leur 15e place et 39 petits points l'an passé. Avant de finir 16e et 10e, ils étaient encore 5e en 2012... La "Toon Army" a connu une saison compliquée et ne s'est jamais remise du départ, à Noël, d'Alan Pardew, dont les supporteurs réclamaient la tête depuis août. Sympathique mais inconnu, l'intérimaire John Carver a affiché trop de limites en quelques mois et la blague ne pouvait plus durer. 50 M EUR ont donc été investis pour changer le visage de l'équipe. La mode française est passée et le Benelux est désormais tendance dans le nord. Le buteur serbe Mitrovic et le défenseur congolais Mbemba arrivent d'Anderlecht, tandis que le milieu Wijnaldum débarque du PSV. Santon est, lui, reparti à l'Inter. Des Français restants, seuls Sissoko et Cabella ont des chances de jouer régulièrement. cd/pgr/jl

(AFP)

Votre opinion