Publié

footAngleterre - Rooney: 50e hurlant en vue (MAGAZINE)

Par Colin DRONIOU Londres, 6 sept 2015 (AFP) - En rejoignant Sir Bobby Charlton et ses 49 buts avec l'Angleterre, Wayne Rooney a dépoussiéré un record national vieux de 45 ans dont il pourra s'emparer seul mardi, libéré du poids de la qualification pour l'Euro-2016, acquise samedi.

L'histoire compliquée du buteur de Manchester United avec la sélection aux Trois Lions a donc pris un tour heureux à Serravalle, à Saint-Marin, écrasé 6 à 0. Buteur sur penalty dès la 13e minute -- sa 8e réalisation lors de ses neuf dernières sélections -- "Mr Waynederful" (jeu de mots sur "Wonderful", "Merveilleux") a rejoint dans l'histoire son prestigieux aîné, qui s'était arrêté là en mai 1970. Et en club, il n'est plus qu'à 17 buts des 249 réalisations sous le maillot des Red Devils du champion du monde en 1966. Au sortir de sa 106e sélection, Rooney avait déjà la tête au record, seul cette fois devant Charlton, avec une occasion à saisir mardi contre la Suisse, à la maison, à Londres. "Cela aurait été génial de décrocher le record samedi soir mais je suis fier de rejoindre Charlton, a-t-il déclaré sur ITV. Mon but, c'est de pousser encore, essayer d'aider l'équipe à gagner mardi et battre le record. A l'évidence, il y a la tradition de Wembley et y battre le record ce sera fort." Car à 29 ans, il a encore de belles années devant lui. "Ce serait sympa que Wayne marque son 50e but mardi contre la Suisse mais une chose est sûre, ça viendra, est ainsi convaincu Roy Hodgson, son sélectionneur. Si ce n'est pas mardi, ce sera en octobre, en novembre ou en 2016. Ce n'est pas comme si c'était sa dernière chance." "Si cela avait été son dernier match, et qu'il avait besoin d'un but de plus pour battre le record, je ne l'aurais pas sorti", a-t-il poursuivi pour expliquer son remplacement à la 58e minute. Le coach pensait certainement aussi réserver ce record pour Wembley, avec une belle ovation à la clé mardi soir en cas de réussite. Le record, c'est bien. Mais gagner quelque chose avec l'Angleterre, ce serait mieux. Rooney l'admet: "J'échangerais tous ces buts contre la médaille du vainqueur l'été prochain", à l'Euro-2016 en France. International depuis février 2003, plus jeune buteur sept mois plus tard à l'âge de 17 ans et 317 jours (avant d'être détrôné par le précoce Theo Walcott en 2006), porteur du brassard depuis le départ de Steven Gerrard en 2014, le Mancunien formé à Everton a en effet connu son lot de revers. Non qualifié pour l'Euro-2008, il a ainsi été exclu en quart du Mondial-2006 après avoir piétiné un Portugais (Ricardo Carvalho), précipitant l'élimination des siens. Enfin, buteur redoutable, il traîne comme une misère son unique but inscrit en trois Coupes du monde, en 2014 contre l'Uruguay (élimination de l'Angleterre au premier tour). Samedi encore, contre la 193e nation mondiale, il a été loin de rayonner (il n'a marqué qu'un but sur les six des Anglais) et n'a pas vraiment eu l'occasion ensuite de flirter avec le 50e hurlant. C'est un peu à l'image de son début de saison à Manchester United, où son statut semble s'éroder malgré les déclarations d'amour de son entraîneur Louis van Gaal. Triple buteur contre Bruges en Ligue des champions, l'Anglais n'a plus marqué en championnat depuis avril et, pour 80 millions d'euros (futurs bonus inclus), son club vient même de lui mettre Anthony Martial dans les pattes. cd/pgr/pyv

(AFP)

Ton opinion