Publié

londresAngoisse dans les aéroports britanniques

Le Royaume-Uni, averti par les Etats-Unis, redoute l'arrivée de kamikazes transportant des bombes indétectables placées à l'intérieur de leur corps.

par
Laszlo Molnar
Ibrahim Al-Asiri, un ancien étudiant en chimie saoudien travaillant pour Al-Qaida, aurait amélioré son explosif qui ne contient aucun métal.

Ibrahim Al-Asiri, un ancien étudiant en chimie saoudien travaillant pour Al-Qaida, aurait amélioré son explosif qui ne contient aucun métal.

AFP

La peur règne dans les aéroports britanniques. Le nombre des scanners hyper-sophistiqués pour détecter ce que transportent les passagers sur eux a été doublé hier, rapporte la presse de ce pays. «Jamais je n’ai été contrôlé d’une manière aussi assidue, et je voyage énormément», a déclaré vendredi au «Daily Mail» un jeune chercheur anglais en partance pour les Etats-Unis.

Un saoudien travaillant pour Al-Qaida

Cette fièvre a été déclenchée par une menace révélée jeudi par les Etats-Unis. Ibrahim Al-Asiri, un ancien étudiant en chimie saoudien travaillant pour Al-Qaida, aurait amélioré son explosif ne contenant aucun métal. Une bombe quasi indétectable pour les scanners classiques et les chiens dressés pour trouver les explosifs, surtout quand il est placé à l’intérieur du corps d’un kamikaze. Selon les services secrets américains, le test décisif a été réalisé par le propre frère du terroriste, Abdullah. Ce jeune de 22 ans s’est fait coudre l’engin à l’intérieur de l’abdomen et l’a fait exploser, heureusement quelques minutes avant d’atteindre son objectif au Yémen. Il n’a ainsi fait qu’une seule victime: lui-même.

Mais la technologie est au point et l’explosif peut être caché n’importe où: dans les vêtements, à l’intérieur d’un appareil photo, les bagages, une poussette d’enfant, voire posé dans le ventre ou des seins de femme à la manière des implants mammaires en silicone…

La mise en garde américaine est intervenue à peine quelques heures après les menaces formulées par Nasser Muthana, un citoyen britannique qui est allé se battre avec les djihadiste de l’Etat islamique en Syrie. Ce jeune d’une vingtaine d’années a posté sur le Web des clichés de lui avec des bonbonnes contenant, selon ses dires, un puissant explosif, et on l’entend dire qu’il veut rentrer au Royaume-Uni «pour utiliser le savoir-faire qu’il a acquis en Syrie». Il a aussi révélé que son rêve est de voir le drapeau islamiste flotter sur tous les bâtiments gouvernementaux du pays.

Ramener son savoir-faire de djihadiste au Royaume-Uni

Sa menace est prise d’autant plus au sérieux que Nasser Muthana a un frère également djihadiste et qu’ils seraient entourés d’autres jeunes musulmans venus de Grande-Bretagne qui pensent comme eux. En découvrant le site internet, leur père vivant à Cardiff, au Pays de Galles, s’est dit «dégoûté» et il a souhaité que ses fils soient rapidement arrêtés et ramenés au Royaume-Uni pour être définitivement emprisonnés.

Interrogé sur les précautions supplémentaires prises en Grande-Bretagne, le premier ministre David Cameron s’est montré évasif: «Nous prenons ce genre de décisions en fonction des éléments à notre disposition dans le cadre d’une coopération avec nos partenaires. La sécurité des voyageurs doit primer, nous ne devons prendre aucun risque», a-t-il ajouté. Un porte parole du ministre de la défense a précisé que Londres n'allait divulguer aucune information à ce sujet pour maintenir les terroristes dans l'ignorance des mesures mises en place.

Votre opinion