France Animer un débat sur son mari ministre n’est pas déontologique
Publié

FranceAnimer un débat sur son mari ministre n’est pas déontologique

Anna Cabana avait présenté une émission sur les vacances controversées de Jean-Michel Blanquer, sans préciser qu’il était son époux. Il y a conflit d’intérêts, selon la surveillance de la presse.

par
Michel Pralong
La journaliste Anna Cabana a estimé que tout le monde savait qu’elle était l’épouse de Jean-Michel Blanquer. Pas si évident répond le conseil de déontologie.

La journaliste Anna Cabana a estimé que tout le monde savait qu’elle était l’épouse de Jean-Michel Blanquer. Pas si évident répond le conseil de déontologie.

AFP

Le 18 janvier, sur i24News, la journaliste Anna Cabana consacre son émission à Jean-Michel Blanquer. Plus précisément à la controverse provoquée par l’annonce de nouvelles mesures de restrictions sanitaires dans les écoles faites par le Ministre français de l’Éducation alors que lui-même était en vacances en famille à Ibiza. Sauf que la journaliste est l’épouse dudit ministre et que cela, elle ne l’a jamais signalé dans «Conversations avec Anna Cabana». Ce qui n’avait pas manqué de susciter interrogations et indignation.

La journaliste s’était défendue en arguant qu’elle avait fait son travail et qu’il aurait été «surréaliste de sa part» de ne pas traiter de la question d’actualité du jour. Ce n’est pas l’avis du Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), qui estime dans un avis publié le 18 mai qu’il s’agit là d’un manquement à la déontologie, selon France info.

«À aucun moment dans l’émission, la journaliste n’indique ses liens privés avec Jean-Michel Blanquer, note le CDJM. Le choix de ne pas se faire remplacer à l’antenne le 18 janvier ou à tout le moins de ne pas expliquer aux téléspectateurs qu’elle allait se contenter de distribuer la parole sur le sujet du jour, puisqu’il concernait son mari, la place de facto dans une situation de conflit d’intérêts ou d’apparence de conflit d’intérêts». L’instance, indépendante de l’État, ne peut pas prononcer de sanctions, juste émettre des avis.

Ni la journaliste ni la chaîne n’ont répondu aux demandes d’explications du DCJM. Quant au fait que, suite à ce débat, Anna Cabana avait expliqué que tout le monde savait qu’elle était l’épouse de Jean-Michel Blanquer. Ce n’est pas si évident, rétorque le CDJM, d’autant que les deux ne portent pas le même nom de famille.

Votre opinion

11 commentaires