Publié

Européens multisportsAnnik Kälin: «Cette médaille représente beaucoup pour moi»

La Grisonne était rayonnante à l’heure d’évoquer sa magnifique troisième place décrochée sur l’heptathlon des Championnats d’Europe de Munich. Une consécration inattendue selon la principale intéressée. 

par
Chris Geiger
(- Munich)
Annik Kälin (à gauche) a dû s’avouer vaincue devant la Belge Nafissatou Thiam et la Polonaise Adrianna Sulek.

Annik Kälin (à gauche) a dû s’avouer vaincue devant la Belge Nafissatou Thiam et la Polonaise Adrianna Sulek.

AFP

Les soirées se suivent et se ressemblent pour la délégation suisse au Stade olympique de Munich. Et ce n’est pas pour nous déplaire, bien au contraire. Après les titres de vice-champion d’Europe décrochés mardi par Simon Ehammer en décathlon et Mujinga Kambundji sur le 100 m, au lendemain de la médaille d’argent gagnée par l’inattendu Ricky Petrucciani sur le 400 m, c’est au tour d’Annik Kälin de monter sur le podium des Championnats d’Europe d’athlétisme. Jeudi soir, la jeune Helvète s’est offert une incroyable breloque de bronze sur l’heptathlon, derrière l'intouchable Belge Nafissatou Thiam (6628 points) et la Polonaise Adrianna Sulek (6532 unités).

Et comme si cette troisième place ne suffisait pas, la Grisonne a amélioré son propre record de Suisse en atteignant la marque des 6515 points. «C’est juste incroyable, s’exclame l’athlète de 22 ans. Je dois bien reconnaître que je ne m'attendais pas à ça avant la compétition.» Elle avait pourtant fait le plein de confiance et marqué les esprits aux Championnats du monde de Eugene (États-Unis) en juillet dernier en prenant la sixième place de la compétition, et en établissant ce qui était alors la marque de référence nationale, laquelle n’aura donc tenu qu’un petit mois.

Si cette saison ressemble de plus en plus à celle de tous les superlatifs, 2021 n’avait pas été du même acabit. Loin d’être amnésique, Annik Kälin savoure. «Cette médaille représente beaucoup pour moi, confie-t-elle. Encore plus lorsque je repense à l’année dernière qui n’avait pas été terrible.»

«Petit à petit, j’emmagasine de l’expérience et je commence à savoir comment ces grandes compétitions se passent.»

Annik Kälin, médaillée de bronze en heptathlon aux Championnats d’Europe

Ce rebond, l’athlète de Landquart l’explique notamment par un entourage favorable dont fait partie son paternel, Marco, qui est aussi son entraîneur. «Je suis très bien encadrée, reconnaît-elle. Ça me permet de très bien travailler.» Pour l’espoir helvétique, son vécu commence également à payer. «J’étais déjà présente en 2018 à Berlin pour les Championnats d’Europe, rappelle-t-elle. Puis j’ai vécu cet été les Mondiaux à Eugene, où j’ai pris la sixième place. Petit à petit, j’emmagasine de l’expérience et je commence à savoir comment ces grandes compétitions se passent. Ce qui constitue forcément une grande aide.»

Au Stade olympique, la Suissesse a brillé de mille feux puisqu’elle a remporté le 100 m haies en 13''23 et terminé deuxième sur le 200 m en 24''14. Elle a surtout amélioré ses records personnels tant en saut en longueur (6,73 m) que sur le 800 m (2’13’’73), dernière épreuve de la compétition. «Je suis très contente d’avoir réussi ma meilleure performance en carrière sur cette discipline, sourit-elle. C’était une course incroyable. Je savais que ce 800 m allait être extrêmement difficile. La dernière ligne droite m'a d’ailleurs semblé interminable! J'étais tellement contente quand j’ai franchi la ligne...»

Son dernier gros effort fourni lui a permis d’abaisser de quatre secondes sa marque de référence dans cette épreuve. Pour la médaillée de bronze de la discipline aux Championnats d'Europe juniors en 2019, le bilan de son passage en Bavière est forcément positif. «Il y a effectivement beaucoup de satisfaction, se réjouit-elle. Oui, je suis très heureuse avec cette médaille.»

Ton opinion