Beachvolley: Anouk Vergé-Dépré est en manque de sable et de soleil
Actualisé

BeachvolleyAnouk Vergé-Dépré est en manque de sable et de soleil

Malgré la longue liste de tournois annulés en raison du coronavirus, Anouk Vergé-Dépré espère pouvoir rejouer au beachvolley cette année.

Anouk Vergé-Dépré a aménagé une salle de fitness chez ses parents.

Anouk Vergé-Dépré a aménagé une salle de fitness chez ses parents.

Photo: Sergio Villaba

Pas facile de s’entraîner sans sable ni soleil lorsque l’on est joueuse professionnelle de Beachvolley. «De temps en temps, on joue un peu avec ma sœur Zoé, mais à l’intérieur, taper dans un ballon, ce n’est pas terrible», rigole Anouk Vergé-Dépré, qui comme tout le monde reste confinée chez elle en attendant que la crise sanitaire liée au coronavirus fasse enfin partie du passé.

«Normalement, je serais en Chine à l’heure actuelle pour y disputer un tournoi», soupire la Bernoise de 28 ans, qui forme un duo avec la Zurichoise Joana Heidrich depuis 2017. Tous les tournois du circuit pro prévus avant fin mai ont tous été annulés, et le doute plane sur ceux qui doivent se disputer en deuxième partie de saison jusqu’à fin septembre. Une mauvaise nouvelle pour tous les professionnels du circuit qui ne pourront pas toucher les «prize money» en jeu lors des grandes compétitions.

«En attendant d’avoir davantage de news concernant la suite de la saison, je continue à m’entraîner physiquement, dit-elle. Nous avons installé une salle de sport chez mes parents avec du matériel de base comme un vélo d’appartement, un tapis de courses et des poids. Je vais chez eux pour travailler ma condition.»

Du temps pour étudier

La Bernoise espère retrouver rapidement son élément, le sable, pour préparer au mieux les Jeux olympiques 2020 de Tokyo qui auront lieu l’an prochain à la fin du mois de juillet. «Au moins, je suis contente que les JO ont été déplacés et pas annulés. Par contre, le fait qu’ils aient lieu à une autre date que prévu ajoute une charge supplémentaire puisqu’il s’agit de maintenir sa forme physique à un niveau élevé durant une année de plus. La seule crainte est que nous ne puissions plus jouer de tournois cette année et que nous devions attendre jusqu’au printemps prochain pour disputer des compétitions.»

En attendant d’y voir plus clair, Anouk Vergé-Dépré va profiter du temps à disposition en raison de l'annulation de nombreux tournois pour se replonger dans ses études à l'Université de Fribourg durant ce semestre afin d'obtenir son Bachelor en communication et économie d'entreprise.

Quant à l’isolement lié au confinement de la population, la Bernoise s’y habitue petit à petit. «C’est que je ne suis vraiment pas habituée à l’isolement social, sourit-elle. Normalement, j’ai toujours beaucoup de monde autour de moi et je pratique aussi mon sport à l’extérieur, au grand air. Ce qui se passe actuellement est aussi l’occasion de changer de rythme de vie, de vivre un peu moins vite. Cela a aussi des points positifs. J'en profite pour lire et je prends des cours de salsa via des cours en ligne.»

Votre opinion