Publié

BalkansAppel à bloquer des frontières serbes au Kosovo

Albin Kurti, leader d'un mouvement radical kosovar, a exhorté les Albanais à bloquer le 14 janvier le passage de marchandises serbes sur deux postes-frontières.

Albin Kurti est le chef du "Mouvement pour l'autodétermination" prônant l'unification du Kosovo avec l'Albanie.

Albin Kurti est le chef du "Mouvement pour l'autodétermination" prônant l'unification du Kosovo avec l'Albanie.

Keystone

Le leader d'un mouvement radical kosovar, Albin Kurti, a appelé mercredi les Albanais à venir "nombreux" le 14 janvier à la frontière entre la Serbie et le Kosovo afin d'empêcher l'entrée des marchandises serbes.

Albin Kurti, chef du "Mouvement pour l'autodétermination" --qui prône l'unification du Kosovo, majoritairement peuplé d'Albanais, avec l'Albanie-- a indiqué que l'action visait les passages frontaliers de Merdare et Kamenica, dans le nord du Kosovo.

"Nous allons ériger une barricade humaine jour et nuit pour bloquer toute circulation (...) de voitures, camions et marchandises serbes au Kosovo", a lancé M. Kurti lors d'une conférence de presse à Tirana. Intérêt économique

Assurant que l'action planifiée était "pacifique", il a estimé que l'action était "également dans l'intérêt économique de l'Albanie" qui ne fournit aujourd'hui que 3% des produits importés par le Kosovo, contre 12,4% pour la Serbie.

A Tirana, des dirigeants du Mouvement d'Albin Kurti, ont rencontré des représentants d'entreprises albanaises ainsi que des dirigeants des organisations non-gouvernementales pour les inciter à se joindre à leur action.

Des sources proches du Mouvement, ont affirmé à Tirana, que des dizaines d'Albanais d'Albanie allaient se rendre samedi en bus pour participer à cette action.

A Pristina, capitale du Kosovo, le Premier ministre Hashim Thaci a condamné l'initiative de Albin Kurti, dont la formation est représentée au parlement du Kosovo.

Intégration souhaitée

"L'avenir du Kosovo est dans l'intégration et non dans l'érection de barricades. L'action annoncée (...) contre les institutions légales du Kosovo est inacceptable", a déclaré M. Thaci à l'issue d'une réunion de son cabinet.

Belgrade et Pristina nourrissent un différend commercial depuis que le Kosovo a unilatéralement proclamé son indépendance en 2008.

Toutefois, après des mois de pourparlers sous le patronage de l'Union européenne, les deux parties ont accepté, en septembre, de mettre en oeuvre un accord de libre échange.

(AFP)

Votre opinion