Publié

Assemblée nationaleAppel des socialistes grecs à faire barrage au parti néo-nazi

Le parti socialiste grec, partenaire de la coalition au pouvoir, a appelé les députés à empêcher vendredi l'élection d'un membre du parti néo-nazi à un poste clé du nouveau Parlement.

Le chef du Pasok, Evangelos Venizelos a déclaré qu'il fallait faire barrage à Chrissi Avghi (Aube Dorée) qui vise à obtenir l'une des sept vice-présidences de la Vouli, l'Assemblée nationale, pour un de ses 18 députés.

Le chef du Pasok, Evangelos Venizelos a déclaré qu'il fallait faire barrage à Chrissi Avghi (Aube Dorée) qui vise à obtenir l'une des sept vice-présidences de la Vouli, l'Assemblée nationale, pour un de ses 18 députés.

ARCHIVES, Keystone

Le nouveau parlement issue des élections du 17 juin a prêté serment jeudi. Les députés doivent élire vendredi à bulletins secret son président, et sept vice présidents.

Le chef du Pasok, Evangelos Venizelos a déclaré qu'il fallait faire barrage à Chrissi Avghi (Aube Dorée) qui vise à obtenir l'une des sept vice-présidences de la Vouli, l'Assemblée nationale, pour un de ses 18 députés.

«Nous voterons pour les candidats désignés par leur parti, comme le veulent l'éthique et la tradition parlementaires, sauf pour un candidat de l'Aube dorée», a dit M. Vénizélos aux députés de son groupe.

Il a précisé que les membres du parti néo-nazi «ne doivent pas réunir la majorité, et si un tel candidat se manifeste, le siège doit rester vacant».

Conformément à la règle parlementaire, trois postes de vice- présidents reviennent à la formation arrivée en tête aux élections, soit le parti conservateur de la Nouvelle-Démocratie.

Les quatre postes restants devraient être attribués aux partis arrivés en suivant, Pasok, Dimar (gauche modérée), Grecs indépendants (droite nationaliste) et l'Aube dorée.

Cette formation, longtemps un groupuscule sans audience, a confirmé le 17 juin la percée effectuée au scrutin précédent du début mai, avec une rhétorique et des actions violemment anti- immigration.

Son porte-parole avait physiquement agressé une élue de gauche sur un plateau télévisé lors de la campagne électorale, suscitant un tollé dans la classe politique mais ne suscitant pas de désaveu apparent dans les urnes.

Six de ses militants ont été arrêtés début juin après une attaque de quatre Egyptiens à leur domicile, venant après une longue liste d'actes violents perpétrés par les commandos de ce parti ces derniers mois.

(ats)

Ton opinion