Publié

Témoignages«Appelez les urgences, je crève»

Désespérés, près de 100 détenus de Guantánamo sont prêts à se laisser mourir de faim. Certains sont gavés de force.

par
Renaud Michiels
CAROL ROSENBERG/Miami Herald/Getty Images

L’existence de Guantánamo est un scandale. Qui tourne à l’horreur absolue. La prison américaine basée à Cuba est le théâtre d’une vague de grèves de la faim sans précédent. Sur les 166 détenus restant, 100 à 130 ne s’alimentent plus, selon certaines sources. Le chiffre articulé hier par les autorités militaires n’est pas loin de cette estimation: 92 prisonniers sont officiellement en grève de la faim. Six sont hospitalisés. Et au moins 16 sont nourris de force «pour préserver leur vie et éviter les automutilations», selon le porte-parole de la prison. Un gavage assimilable à de la torture.

Votre opinion