Vaccination – Appels et visites à domicile pour convaincre les indécis
Publié

VaccinationAppels et visites à domicile pour convaincre les indécis

La grande offensive de vaccination annoncée par Alain Berset débutera en novembre avec des objectifs ambitieux.

«Le taux de vaccination reste encore trop bas en Suisse», a déclaré Alain Berset ce vendredi 1er octobre en conférence de presse.

«Le taux de vaccination reste encore trop bas en Suisse», a déclaré Alain Berset ce vendredi 1er octobre en conférence de presse.

AFP

La semaine nationale de vaccination annoncée vendredi dernier par Alain Berset avec un budget de 150 millions de francs sera lancée en novembre prochain, indique le «SonntagsBlick» du jour qui a pu consulter un courrier de l'OFSP adressé aux cantons. Objectif annoncé de la campagne: un taux de vaccination de 93% chez les plus de 65 ans, soit 100’000 personnes supplémentaires, et de 80% ou plus, soit environ 775’000 personnes chez les 18 à 65 ans, selon ce courrier.

Conseillers rétribués 60 francs de l’heure

Pour y parvenir, outre une récompense de 50 francs pour chaque citoyen qui persuade amis et proches à se faire vacciner, la Confédération veut engager quelque 1700 conseillers. Leur tâche: informer et orienter les personnes indécises. Chaque conseiller sera rétribué 60 francs de l’heure et aura à charge 5000 habitants. «Il ou elle appelle ou rend visite aux personnes, comme le précise la lettre de l'OFSP. Les cantons doivent répartir l'équipe de manière égale dans leur zone de responsabilité.»

Selon le «SonntagsBlick», rien que dans le canton de Zurich, on comptera ainsi plus de 300 conseillers, plus de 200 dans le canton de Berne et plus de 100 en Argovie, ainsi que dans les cantons de Vaud, Genève et Saint-Gall. De plus, des bus de vaccination circuleront pour permettre la vaccination de 50’000 habitants chacun. Soit, pour les grandes villes: 30 bus dans le canton de Zurich, 20 à Berne, 13 en Argovie et dix à Saint-Gall.

Les cantons restent diplomates

Face aux mesures annoncées par Alain Berset estimant que les efforts des cantons sont insuffisants, les gouvernements cantonaux restent diplomates. «Nous saluons que le Conseil fédéral s’engage», dit ainsi Michael Jordi, secrétaire général de la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS) dans le «SonntagsBlick». Il ajoute néanmoins: «Les cantons ont déjà entrepris beaucoup.»

Quant au président de la CDS, Lukas Engelberger, interviewé dans la «SonntagsZeitung», il qualifie l’offensive du Conseil fédéral de légitime et nécessaire «au vu de l’ampleur du problème et de la situation factuelle».

Molnupiravir: pas une alternative au vaccin

Lukas Engelberger note aussi que le Molnupiravir, le traitement contre le Covid-19 du fabricant américain Merck, ne constituerait pas une alternative à la vaccination massive de la population. Son arrivée sur le marché américain est annoncée pour avant Noël, selon le journal dominical.

(ewe)

Votre opinion

466 commentaires