Publié

TechnologiesApple pourrait doper l'adoption du porte-monnaie électronique

Swisscom, qui a lancé cet été son propre système de paiement sans contact nommé Tapit, considère l'arrivée de la marque à la pomme sous un jour favorable. Il en va de même pour Coop, Orange et Sunrise.

1 / 22
Tim Cook, PDG d'Apple, a dévoilé sa très attendue montre connectée, l'Apple Watch, qui sera vendue à partir du 24 avril (Lundi 9 mars 2015)

Tim Cook, PDG d'Apple, a dévoilé sa très attendue montre connectée, l'Apple Watch, qui sera vendue à partir du 24 avril (Lundi 9 mars 2015)

AFP
L'Apple Watch sera déclinée en trois modèles, dont l'Apple Watch Sport, le modèle sportif considéré comme l'entrée de gamme, et l'Apple Watch Edition, la version de luxe. .(Lundi 9 mars 2015)

L'Apple Watch sera déclinée en trois modèles, dont l'Apple Watch Sport, le modèle sportif considéré comme l'entrée de gamme, et l'Apple Watch Edition, la version de luxe. .(Lundi 9 mars 2015)

AFP
L'Apple Watch fonctionnera avec la dernière version du système d'exploitation mobile d'Apple, iOS 8.2, téléchargeable dès ce lundi.(Lundi 9 mars 2015)

L'Apple Watch fonctionnera avec la dernière version du système d'exploitation mobile d'Apple, iOS 8.2, téléchargeable dès ce lundi.(Lundi 9 mars 2015)

AFP

Apple pourrait donner un coup de pouce à l'adoption du porte-monnaie électronique.

Dévoilant sa version de la montre connectée ainsi que deux nouvelles itérations de son smartphone vedette, Apple a aussi levé le voile mardi 9 septembre à Cupertino, à l'endroit même où fut annoncé en 1983 le premier ordinateur Macintosh, un porte-monnaie numérique répondant au nom de Apple Pay. Ce système se veut une alternative aux paiements en espèces ainsi qu'avec les cartes de débit et crédit.

Avec Apple Pay, il suffira pour payer un achat de présenter le smartphone à un lecteur puis de poser le doigt sur le détecteur d'empreinte digitale de l'appareil pour confirmer la transaction. Ce système se base sur la technologie standard dite de communication en champs rapprochés (NFC), Near Field Communication en anglais, déjà largement utilisée.

Le groupe californien entend lancer Apple Pay le mois prochain aux États-Unis, dans un premier temps. Mais des discussions sont en cours dans d'autres pays.

Pas de collecte de données

Évoquant mardi le système, le patron des services liés à iTunes, Eddy Cue, a précisé qu'Apple ne collectait aucune donnée. «Apple ne sait pas ce que vous avez acheté, où vous l'avez acheté et combien cela vous a coûté», a-t-il dit. Et le commerçant ne reçoit aucune information concernant l'utilisateur de la carte.

Pour s'imposer, Apple a noué des partenariats avec trois grands acteurs américains des cartes de crédit, American Express, Mastercard et Visa, ainsi que plusieurs banques et détaillants de poids. Alors que la branche des services financiers et les opérateurs tentent depuis plusieurs années d'établir le paiement sans contact, Apple pourrait bien donner un coup de pouce décisif.

En Suisse aussi, une alliance s'est constituée en vue de promouvoir ces transactions sans contact. Les trois grands opérateurs de télécommunications, Swisscom, Sunrise et Orange ont lancé une application à cet effet appelée Tapit.

A terme, un grand nombre de consommateurs suisses pourraient payer leurs achats en approchant leur smartphone d'un lecteur situé près des caisses. Les clients de Swisscom peuvent déjà en bénéficier. Sunrise et Orange seront de la partie d'ici la fin de l'année.

Poids de l'iPhone

Reste que pour l'heure, Tapit ne fonctionne pas avec les iPhone actuels, lesquels ne disposent pas d'une puce NFC. Avec l'adoption de cette technologie par Apple, la NFC aura le vent en poupe, estime Carsten Roetz, le porte-parole de Swisscom.

En effet, les Suisses sont très friands des produits de la marque à la pomme. En 2013, la part de marché de l'iPhone atteignait 40%, celle dévolue aux systèmes Android de Google se chiffrant à un tiers, selon Carsten Roetz. Dans d'autres pays, ce dernier système a largement devancé iOS d'Apple.

Alors qu'en juillet la Suisse comptait environ 1 million de smartphones dotés d'une puce NFC, la commercialisation de l'iPhone 6, à compter du 26 septembre prochain, devrait contribuer à la croissance de leur nombre. Et Tapit pourrait aussi en profiter, note Carsten Roetz.

Jusqu'à présent, l'application a été téléchargée à 5000 reprises. Mais Carsten Roetz n'a pas souhaité indiquer combien d'entre elles ont été utilisées pour effectuer des transactions. Pour Swisscom, Apple Pay ne représente pas une menace, ce système n'étant pas proche d'être lancé en Suisse, si tel devait être le cas, poursuit le porte-parole du géant bleu.

Concurrence

Mais il est clair que la compétition va s'intensifier dans le domaine du paiement sans contact. Dans d'autres pays, Google est présent avec Google Wallet. L'important en la matière reste de pouvoir s'appuyer sur des acteurs locaux, ce dont Swisscom peut se targuer, affirme Carsten Roetz.

Tapit fonctionne avec les cartes de crédit Visa émises par Cornèr Bank. Viendront bientôt s'y ajouter les Mastercard de Viseca et Aduno. D'autres cartes de fidélité, de paiement ou de client suivront.

Porte-parole de Coop, Urs Meier, indique que le paiement avec les téléphones portables fait de timides débuts. S'il est trop tôt pour livrer des chiffres, Urs Meier ajoute que Tapit évolue de manière stable.

De manière générale, 52% des clients du groupe Coop paient leurs achats avec des cartes de débit ou de crédit. Tout comme son concurrent Migros, le distributeur va étudier l'opportunité offerte par Apple Pay.

(ats)

Votre opinion