Téléphonie – Apple redevient le plus gros vendeur de smartphones en Chine
Publié

TéléphonieApple redevient le plus gros vendeur de smartphones en Chine

La marque à la pomme, détrônée il y a six ans par la concurrence chinoise, a vu sa part de marché pour les téléphones bondir à 23% au quatrième trimestre.

Apple est devenu fin 2021 le premier vendeur de smartphones en Chine, comme ici à Pékin, détrônant le concurrent local Vivo.

Apple est devenu fin 2021 le premier vendeur de smartphones en Chine, comme ici à Pékin, détrônant le concurrent local Vivo.

AFP

Apple a repris au dernier trimestre 2021 sa place de plus gros vendeur de smartphones en Chine, six ans après l’avoir perdue, au moment où les sanctions américaines pénalisent lourdement le champion national Huawei, selon une étude.

En dépit d’un marché qui s’inscrit en repli en Chine, la marque à la pomme a vu sa part de marché pour les téléphones bondir pour atteindre 23% sur la période octobre-décembre, indique le cabinet Counterpoint, dans une étude publiée mercredi.

Le fabricant américain est ainsi devenu fin 2021 le premier vendeur de smartphones dans le pays asiatique, détrônant le concurrent local Vivo. Un an plus tôt, Apple détenait 16% de part de marché et était quatrième, distancé par des marques chinoises dont Huawei, alors leader (23%).

C’est la première fois depuis 2015 qu’Apple reprend en Chine sa couronne, d’après Counterpoint, qui ne précise pas le nombre d’appareils vendus. «L’extraordinaire performance d’Apple est liée à un mélange de stratégie sur les prix et d’une montée en gamme de Huawei», qui a construit son succès en proposant initialement des produits à prix abordables, relève l’analyste de Counterpoint, Mengmeng Zhang.

Huawei pénalisé par les sanctions américaines

«Le nouvel iPhone 13 a porté ce succès, en raison d’un prix relativement bas en Chine lors de sa sortie» en septembre, précise la spécialiste, ajoutant que le déclin de Huawei est lié aux «sanctions américaines».

Huawei est depuis quelques années au centre de la rivalité sino-américaine, sur fond de guerre commerciale et technologique entre les deux premières puissances mondiales. La marque s’était retrouvée dans le collimateur de l’ex-administration de Donald Trump, qui l’accusait, sans toutefois apporter de preuves, d’espionnage potentiel au profit de Pékin.

En 2019, Washington avait placé le groupe sur liste noire pour l’empêcher d’acquérir des technologies américaines, indispensables à ses produits. L’administration de Joe Biden a maintenu ces restrictions. Pénalisé par ces sanctions, Huawei a annoncé en décembre un chiffre d’affaires pour 2021 en repli de près d’un tiers sur un an, à 634 milliards de yuans (92,3 milliards de francs).

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires