14.10.2020 à 13:35

DécryptageApple, un ouragan puissance 12

Une nouvelle fois privé d’arène et de public, Covid-19 oblige, le spectacle de marionnettes que nous a offert mardi la firme de Cupertino était d’une habileté diabolique. Nos impressions réservées made in Switzerland.

par
Jean-Charles Canet
Tim Cook, patron d’Apple, pose avec un nouvel iPhone en main.

Tim Cook, patron d’Apple, pose avec un nouvel iPhone en main.

AFP

Après un petit échauffement à la mi-septembre (consacré à la révélation de nouveaux iPad et de nouvelles Apple Watch), Apple a remis mardi soir le couvert avec un spectacle insolite et grandiose consacré à 90% aux iPhones de douzième génération.

Un petit mot pour commencer sur la forme. Depuis que, Covid-19 oblige, Apple a abandonné toute idée de promouvoir ses produits via un spectacle en direct et en public, la firme californienne a opté pour un «live» en différé, soigneusement conçu, chorégraphié, répété, tourné et diffusé sur un maximum de canaux, sa chaîne de streaming Apple TV+ en particulier, on n'est jamais si bien servi que par soi-même. On a donc retrouvé hier tous les éléments de langages qui avaient fait du spectacle de septembre un théâtre d’automates caressés pas des mouvements d’appareils hallucinants de précision. Le résultat est toujours aussi chatoyant – même les cheveux de «Mme Écologie» agités par le vent sur le toit bardé de panneaux solaires du siège flambant neuf d’Apple semblaient avoir été dirigés, mis en scène. Le show n’en reste pas moins toujours aussi mécanique, véhicule d’une représentation du «monde de demain» totalement aseptisée et de ce fait un tantinet effrayante. En bref, la vallée était déjà étrange, elle l’est restée.

Musique maestro

Sur le fond, le programme a été respecté à la lettre par une présentation de produits mais sans doute cette fois avec un peu plus d’habileté que d’ordinaire. Tim Cook – un peu à l’étroit dans son pantalon serré – et sa joyeuse bande de turlurons ont en effet débuté le show par la révélation d’un HomePod mini, autrement dit une enceinte connectée toute ronde, toute mignonne, qui, atterri pour 99 dollars directement dans les plates-bandes des produits Google et Amazon. Le HomePod haut de gamme (et cher) n’ayant semble-t-il pas eu l’heur de se vendre comme des petits pains, Apple attaque cette fois par l’entrée de gamme, logique. Étrangement, aucune allusion au produit ne se trouvait mercredi sur le site suisse d’Apple qui, pourtant, est déjà repeint aux couleurs de l’iPhone 12. Est-ce à dire que la petite enceinte mignonne, intelligente et qui parle Siri ne sera pas proposée officiellement au pays? C’est une possibilité. À suivre.

iPhone 12, une valse à deux temps

Puis est venu le temps des iPhone 12. Et c’est ici qu’Apple a fait preuve d’une habileté diabolique. En commençant par évoquer deux modèles différenciés par la taille de leur écran (5,4 et 6,1 pouces de diagonale soit respectivement 13,7 et 15,5 cm) et en articulant en fin de présentation les prix de 699 et 799 dollars, on a cru un instant que la firme avait retrouvé la raison en se plaçant largement en dessous du plafond de verre que nous fixons, il est vrai arbitrairement, à 1000 francs ou dollars.

Présentation des nouveaux iPhone 12.

Présentation des nouveaux iPhone 12.

AFP

Mais, première fausse note, les prix suisses conseillés (779 et 879 francs pour les modèles dotés de 64 Go de mémoire) démontrent qu’Apple à une singulière interprétation des taux de change en sa faveur et en la défaveur des Suisses acquis à la marque, qui passent, pour ce coup outrageusement, pour de blancs moutons.

Mais aussi, tour de passe-passe, Apple n’avait pas encore dégainé ses deux modèles «Pro» à la pointe de la capture photographique et vidéo mais et qui, eux, explosent le plafond de verre à 1129 et 1229 francs (il est vrai pour une base augmentée à 128 Go de mémoire contre 64 Go auparavant). On applaudit l’expertise, en matière de prestidigitation: sur ce terrain Apple a encore progressé.

Présentation, lors du troisième acte, des iPhone 12 Pro.

Présentation, lors du troisième acte, des iPhone 12 Pro.

AFP

«One more thing»

Voilà, la messe est presque dite. On relève encore une cerise sur le gâteau, une annonce qui prouve qu’Apple est tout autant capable de concevoir des produits attrayants que de démontrer que la Terre est plate: les nouveaux iPhones ne seront dorénavant plus vendus avec un chargeur. Et pour justifier le fait que ce dernier devra être acquis séparément, Mme Écologie (celle sur le toit bardé de panneaux solaires, vous vous souvenez?) précise que cela est non seulement bon pour la Terre mais aussi que cela permet aux boîtes qui contiennent les iPhones 12 d’être plus compactes.

C’est ainsi rassuré que, avec les penny d’Annie, nous courrons au drugstore pour acquérir le chargeur à induction qui nous soulagera de 45 francs supplémentaires.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
19 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Q95

15.10.2020 à 17:19

Avec des journalistes aussi si peut critiques et impartiales dans leurs jugements on peut très bien comprendre pourquoi Lematin n'est plus qu'un "journal" numérique secondaire à titre putaclique et scandaleux. L'époque ou de vrais journalistes nous transmettaient des vrais infos est définitivement terminée me semble-t-il. Pas un mot sur le fait qu'Apple annonce sa neutralité carbone en 2030, que le fait de supprimer des accessoires que tout le monde à déjà des boites permet de réduire les émissions de C02 de l'équivalent de 250'000 véhicules. A notre époque c'est ça les vrais infos!

Jean Bonno

15.10.2020 à 09:12

Si seulement Apple pouvait rattraper un jour son retard sur ses concurrents comme avec Siri par rapport à Ok Google, mais surtout embarquer des capteurs photo dernier cri ce serait parfait, mais 12MP même exploités de manière optimale ne seront pas suffisant pour me faire passer à la caisse et je vais donc garder mon XS. On veut apparemment tenter de sauvegarder à tout prix le marché des appareils photo grand public de toute façon déjà moribond.

Expert

15.10.2020 à 07:30

Voici la secte Apple dans toute ça splandeure... Allez les deciples faites vous commandes