16.12.2016 à 19:42

Vendée GlobeAprès 40 jours en mer, le leader creuse l'écart

Le Français Armel Le Cléac'h ne relâche pas son effort et compte désormais une belle avance sur le Britannique Alex Thomson.

1 / 74
Dernier (18e) du Vendée Globe depuis plusieurs semaines, le marin français Sébastien Destremau a franchi le dernier l'équateur dimanche matin 19 février à 9h17. Il se trouve à moins d'un mois de boucler sa première course à la voile en solitaire autour du monde. (dimanche 19 février 2017)

Dernier (18e) du Vendée Globe depuis plusieurs semaines, le marin français Sébastien Destremau a franchi le dernier l'équateur dimanche matin 19 février à 9h17. Il se trouve à moins d'un mois de boucler sa première course à la voile en solitaire autour du monde. (dimanche 19 février 2017)

AFP
Le Français Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) a bouclé son premier Vendée Globe en 9e position. (13 février 2017)

Le Français Eric Bellion (CommeUnSeulHomme) a bouclé son premier Vendée Globe en 9e position. (13 février 2017)

AFP
Eric Bellion, 40 ans, a terminé en 99 jours, 4 heures, 56 minutes et 20 secondes, et se classe meilleur bizuth (novice) de cette édition. (13 février 2017)

Eric Bellion, 40 ans, a terminé en 99 jours, 4 heures, 56 minutes et 20 secondes, et se classe meilleur bizuth (novice) de cette édition. (13 février 2017)

AFP

Le leader Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) a pleinement profité des vents faibles rencontrés par son premier poursuivant Alex Thomson (Hugo Boss) pour prendre le large avec plus de 400 milles d'avance sur celui-ci, vendredi, au 40e jour du Vendée Globe.

Handicapé par son foil tribord cassé, le Britannique, leader de la course durant treize jours, a encore perdu 66 milles en 24 heures sur le Breton.

Derrière, Jérémie Beyou (Maître CoQ), 3e, entre lui aussi dans une zone calme et savoure. «Chaque problème résolu est une petite victoire. Etre troisième, c'est le résultat de plein de petites victoires. Avec tout ça, j'étais quand même à deux doigts de l'abandon définitif», expliquait-il lors de la vacation de midi.

Alors que de nombreux marins du peloton réparent et bricolent après leur passage dans des mers agitées, Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut/14e) a subi cet après-midi une avarie de grand-voile, après les conditions chaotiques des dernières heures.

«C'est un peu frustrant ce Pacifique après une traversée rapide de l'Indien. Je progresse actuellement au près et je n'ai rien pour m'empêcher de dériver. C'est frustrant, mais cela pourrait être pire», racontait-il, grand-voile déchirée sur 3 mètres.

En queue de peloton, Sébastien Destremau ferme la marche à près de 12 000 km de Banque Populaire VIII. Un monde!

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!