France: Les antinucléaires réclament l'arrêt du Bugey

Publié

FranceLes antinucléaires réclament l'arrêt du Bugey

La centrale, à une soixantaine de kilomètres de Genève, a été mise en service dès 1978. Selon les militants, après plus de quarante ans d'activité, elle cumule trop de dysfonctionnements.

«Il existe plus que jamais une nouvelle priorité: la fermeture des quatre réacteurs de la centrale du Bugey», affirme l'antenne locale du Réseau Sortir du Nucléaire.

«Il existe plus que jamais une nouvelle priorité: la fermeture des quatre réacteurs de la centrale du Bugey», affirme l'antenne locale du Réseau Sortir du Nucléaire.

AFP

Après l'arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) lundi soir, celle du Bugey, près de Lyon, est désormais la plus ancienne en activité et les militants antinucléaires réclament sa fermeture.

«Si l'urgence de fermer Fessenheim était grande et attendue depuis des années, il existe plus que jamais une nouvelle priorité: la fermeture des quatre réacteurs de la centrale du Bugey», affirme l'antenne locale du Réseau Sortir du Nucléaire dans un communiqué publié mercredi.

«Trop de fuites»

Les quatre tranches de cette centrale, située sur la commune de Saint-Vulbas (Ain) à une trentaine de kilomètres de Lyon à vol d'oiseau et à une soixantaine de Genève, ont été mises en service en 1978 et 1979.

«Toutes ces centrales qui ont dépassé les 40 ans d'activité (...) doivent impérativement cesser leur activité avant un accident grave. Après, il sera trop tard», ajoutent les militants, pour qui l'installation du Bugey «a cumulé - et continue de cumuler - trop d'avaries, trop de fuites, trop de dysfonctionnements en tous genres pour continuer comme si de rien n'était».

Le 22 mai, le tribunal de police de Bourg-en-Bresse a condamné EDF à 3000 euros d'amende pour une fuite radioactive détectée dans le fleuve Rhône, qui borde le site nucléaire, en décembre 2017.

40% de la consommation en énergie de la région

Les quatre unités de la centrale du Bugey - de 900 megawatts chacune - produisent chaque année l'équivalent de 40% de la consommation en énergie de la région Auvergne Rhône-Alpes. Le site employait en 2019 1375 agents EDF et plus de 600 salariés prestataires permanents.

Chaque année, «2800 prélèvements et 29 300 analyses et mesures sont réalisés pour contrôler les rejets du site et leur impact sur l'environnement», souligne l'exploitant sur son site Internet.

(AFP)

Ton opinion