Publié

Guerre en SyrieAprès John Kerry, Sergueï Lavrov arrive à son tour à Genève

Sergueï Lavrov, le ministre russe des Affaires étrangères, est arrivé à Genève en fin d'après-midi. Il doit discuter avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry d'un plan de destruction de l'arsenal chimique syrien.

1 / 111
Sept membres du CICR ont été enlevés dans le nord-ouest de la Syrie par des «hommes armés non-identifiés». (13 octobre 2013)

Sept membres du CICR ont été enlevés dans le nord-ouest de la Syrie par des «hommes armés non-identifiés». (13 octobre 2013)

AFP
Georges Sabra, le prédisent du Conseil national syrien a déclaré que le CNS ne se rendrait pas à la conférence de paix Genève-2. (13 octobre 2023)

Georges Sabra, le prédisent du Conseil national syrien a déclaré que le CNS ne se rendrait pas à la conférence de paix Genève-2. (13 octobre 2023)

AFP
Une chute d'obus a causé la mort d'une fillette et blessé 11 personnes à Damas. (12 octobre 2013)

Une chute d'obus a causé la mort d'une fillette et blessé 11 personnes à Damas. (12 octobre 2013)

Reuters

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé jeudi en fin d'après-midi à Genève. Il doit discuter avec le secrétaire d'Etat américain John Kerry d'un plan de destruction de l'arsenal chimique syrien, destiné à éviter des frappes aériennes américaines.

Selon des sources américaines, John Kerry va insister auprès de son homologue russe sur des engagements concrets et rapides de Damas. Si les Etats-Unis acceptent ce plan, une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU devra avaliser l'accord.

Le président syrien Bachar el Assad a accepté la proposition de Moscou. Mais des diplomates craignent que le régime de Damas, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques contre la population civile dans un faubourg de Damas le 21 août, cherche ainsi seulement à gagner du temps.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry était pour sa part arrivé jeudi matin à Genève.

La rencontre entre les chefs des deux diplomaties est prévue en début de soirée. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré jeudi qu'il y avait encore une chance pour la paix en Syrie et que la communauté internationale devait s'en saisir.

Le ministre russe des Affaires étrangères, cité par l'agence de presse Interfax, s'exprimait devant des étudiants au Kazakhstan avant de se rendre à Genève, où il s'entretiendra avec le secrétaire d'Etat américain de la proposition russe visant à placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international.

John Kerry devait avoir un entretien avec l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi dans l'après-midi, avant de rencontrer Sergueï Lavrov, a précisé une porte-parole de l'ONU.

(ats)

Votre opinion