Jura – Après la poudre d’argent, les champignons immunitaires!
Publié

JuraAprès la poudre d’argent, les champignons immunitaires!

La justice jurassienne poursuit une thérapeute aux procédés douteux face à la pandémie.

par
Vincent Donzé
Le château de Porrentruy, siège de la justice jurassienne.

Le château de Porrentruy, siège de la justice jurassienne.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Ingérer de l’argent colloïdal pour renforcer ses défenses immunitaires, c’est un geste qui a rendu bleue la peau d’un patient jurassien. Selon «Le Quotidien Jurassien», «un second Jurassien a été victime d’une même intoxication ces derniers temps». Mais une autre pratique est révélée: l’absorption de champignons chinois.

Une naturopathe est renvoyée devant la justice jurassienne pour avoir attribué des vertus thérapeutiques à la consommation de ses champignons, Le service jurassien de la consommation et des affaires vétérinaires l’a dénoncée l’an dernier pour infractions à la loi sur les denrées alimentaires: sa publicité promettait une amélioration de la circulation sanguine ainsi qu’une action contre les virus et les inflammations.

Sanction confirmée

Refusant de payer 500 francs de frais d’intervention, elle s’est adressée au Tribunal fédéral en contestant avoir vendu ses champignons dans son cabinet, mais via une société alémanique dont elle est actionnaire majoritaire.

Le TF a confirmé la sanction des juges cantonaux et selon le Ministère public jurassien, la thérapeute doit être poursuivie pénalement pour avoir exercé la médecine illégalement avec 300 personnes, certains patients ayant payé jusqu’à 600 francs pour un traitement. La naturopathe est également accusée d’avoir remplacé des médicaments prescrits par un médecin par ses propres produits.

Diagnostics via WhatsApp

Selon «Le Quotidien Jurassien», des diagnostics ont été réalisés via l’application WhatsApp. Prix d’une consultation à distance: 150 francs, avec des patients orientés vers une hotline surtaxée. La thérapeute a quitté la localité où elle exerçait, mais ses sites de vente restent actifs, à environ 70 francs les 100 capsules de champignons pas toujours comestibles.

Dans le Jura, les activités liées aux médecines alternatives ne sont pas soumises à autorisation, mais les lois sur les produits thérapeutiques et les denrées alimentaires s’appliquent. Selon le gouvernement jurassien interpellé par le député socialiste Patrick Cerf, on ne peut rien faire si un individu accorde foi à un charlatan. Il existe selon lui «un flou entre la médecine au sens large et la religion».

Votre opinion

6 commentaires