Jura - Après le 100% d’échec en français, le 80%…
Publié

JuraAprès le 100% d’échec en français, le 80%…

Sur les 40 étudiants recalés lors d’un examen de rattrapage, 24 ont retenté leur chance et cinq ont réussi.

par
Vincent Donzé
Les 40 candidats inscrits à une épreuve de rattrapage avaient tous échoué à la Haute École pédagogique BEJUNE.

Les 40 candidats inscrits à une épreuve de rattrapage avaient tous échoué à la Haute École pédagogique BEJUNE.

Lematin.ch/Vincent Donzé

Cinq réussites sur 24 candidats à l’examen de français, pour des étudiants de première année qui se destinent à devenir enseignants primaires, c’est un taux d’échec de 80% qui sera discuté à la Haute École pédagogique BEJUNE. Dans un premier temps, un examen de rattrapage avait provoqué 100% d’échecs.

Sur les 40 étudiants recalés, 24 ont retenté leur chance. Une voie de recours se présente aux 19 candidats ayant échoué. «Si le niveau d’exigence d’un examen est constant et que le taux d’échec bondit une année, ce peut être le fait d’une mauvaise orientation des élèves», relève «Le Quotidien Jurassien».

Notions de base

L’examen de 1re année ne consiste pas en un test de connaissances grammaticales ou orthographiques. Il s’agit de tester à la fois des notions de base de français «qu’un candidat doit maîtriser pour pouvoir transmettre une langue» et des compétences didactiques «indispensables à tout futur enseignant».

Le candidat est appelé à retrouver et commenter des erreurs de langue dans des productions d’élèves. Il doit par exemple corriger «court d’assises» par «Cour d’assises».

La diminution de la lecture est évoquée pour expliquer les échecs, quand bien même la pandémie a donné le temps de lire.

Votre opinion

2 commentaires