Publié

FranceAprès le mariage gay, la Manif pour Tous cible la «familiphobie»

La taille des manifestations dans les principales villes de France a comme d'habitude divergé entre police et organisateurs. Aucun incident n'a été signalé

Ces manifestantes à Paris lors de La Manif pour Tous se sont approprié le bonnet phrygien de Marianne.

Ces manifestantes à Paris lors de La Manif pour Tous se sont approprié le bonnet phrygien de Marianne.

Keystone

Les défenseurs d'une vision traditionelle de la famille, opposants à la supposée «théorie du genre» et à ce qu'ils considèrent comme la «familiphobie» du gouvernement, ont défilé nombreux dimanche à Paris et à Lyon: 80'000 selon la police, 500'000 selon les organisateurs. A Lyon, ils étaient 20'000 selon la police, le double pour les organisateurs.

Aucun incident n'avait été signalé en fin d'après-midi, au moment où commençait la dispersion du défilé. «Nous étions plus d'un demi million à Paris et 40'000 manifestants à Lyon», a dit l'organisation de La Manif pour Tous, évoquant «une vague bleue et rose».

Dans la capitale, de nombreuses familles se mêlent à des jeunes filles en Marianne, bonnet phrygien sur la tête, des petits garçons en Gavroche, une poignée d'élus et à quelques prêtres comme Philippe Blin, curé à Sèvres (Hauts-de-Seine), qui «sent un acharnement contre les familles».

Beaucoup arborent le nom de leurs départements ou villes d'origine, reprenant les slogans «Hollande ta loi, on n'en veut pas !» ou «Peillon démission !» au milieu de quelques drapeaux tricolores.

Contre la théorie du genre

Selon Ludovine de la Rochère, présidente de LMPT, son mouvement s'inscrit dans une «continuité», plus d'un an après les manifestations contre le mariage homosexuel.

Venue de Saumur avec six membres de sa famille, Françoise, qui ne veut donner que son prénom, «a fait trois manifs l'année dernière». «On reviendra tant qu'il faudra», dit-elle.

Pour Said Ahmet, père de famille algérien venu avec son ami Abdel de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), c'est au contraire «la première manif de (leur) vie». La polémique de la semaine sur une supposée «théorie du genre» enseignée à l'école les a décidés à descendre dans la rue.

De multiples sujets de détestation

L'une des revendications de la Manif pour tous est le retrait de L'ABCD de l'égalité, une expérimentation mise en place à l'école pour lutter contre les stéréotypes filles/garçons.

Elle dénonce aussi l'ouverture redoutée de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et la gestation pour autrui (GPA), ainsi que le futur projet de loi sur la famille, qui ne prévoit pourtant ni PMA ni GPA.

Sur la place Denfert-Rochereau, les organisateurs font huer la théorie du genre, l'ABCD de l'égalité, les ministres Vincent Peillon (Education) et Najat Vallaud-Belkacem (Droits des femmes).

Dimanche dernier, lors de la mobilisation anti-gouvernement «Jour de Colère», marquée par quelques slogans antisémites, 19 policiers avaient été blessés et 226 personnes placées en gardes à vue. Manuel Valls a prévenu qu'il ne tolèrerait dimanche «aucun débordement».

D'autres rassemblements en Europe

En début d'après-midi, douze militants du mouvement étudiant d'extrême droite GUD (Groupe Union Défense) ont été brièvement interpellés en raison de «craintes qu'ils viennent troubler» la manifestation. Une demi-douzaine de militants apparentés à la droite identitaire ont également été interpellés, selon une source policière.

Environ 2000 membres des forces de l'ordre ont assuré la sécurité du cortège et un hélicoptère de la police le survole, selon des journalistes de l'AFP. Cinq stations de métro étaient fermées en milieu d'après-midi.

La Manif pour tous a insisté sur l'état d'esprit «paisible et déterminé» de ses militants. Elle avait embauché deux huissiers pour constater «la bonne marche» de l'événement. D'autres rassemblements se sont tenus parallèlement dans plusieurs villes européennes, dont Madrid et Varsovie.

(AFP)

Votre opinion