Publié

Scandale VolkswagenAprès le moteur truqué, le logiciel défaillant

La marque allemande a reconnu qu'un appareil mesurant la consommation de carburant posait problème.

1 / 150
Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

Nouvelle ère pour les constructeurs automobiles et les consommateurs européens : vendredi entre en vigueur un protocole d'homologation des véhicules neufs plus sévère, qui remplace un processus discrédité par le scandale des moteurs diesel truqués. (Mercredi 30 août 2017)

AFP
Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Dieselgate: le président d'auto-suisse François Launaz estime qu'il Il faut éviter d'empirer la situation avec des mesures d'interdiction. (15 août 2017)

Keystone
Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Jusqu'à présent, les fabricants d'automobiles ne devaient faire tester leurs véhicules qu'en conditions de laboratoire. Les résultats ne reflétaient alors que peu leurs véritables émissions. A partir du 1er septembre, des réglementations strictes entreront en vigueur en Europe et en Suisse. (Dimanche 13 août 2017)

Keystone

Le constructeur automobile allemand Volkswagen, plongé dans un scandale de logiciels truqueurs capables de tromper les contrôles antipollution, est confronté à un autre problème de logiciel affectant la consommation de carburant de certains véhicules. Il s'agit d'un nouveau volet dans l'affaire.

«Volkswagen a de nouveaux problèmes de logiciels, qui ont une influence directe sur la consommation» des véhicules, écrit jeudi le quotidien allemand Die Welt. «Dans le cas présent, il s'agit d'un logiciel qui gère la récupération d'énergie cinétique dans la batterie», ajoute le journal.

L'anomalie concerne un «grand nombre d'automobiles à moteur à explosion», sans plus de précision. Un porte-parole du constructeur a confirmé le problème au quotidien et ajouté que le dysfonctionnement ne concernait pas «tous les véhicules de telle ou telle série, mais seulement certains véhicules». Sollicité par l'AFP, Volkswagen n'était pas joignable pour commenter.

Rappel suggéré

Le géant allemand de l'automobile aurait, selon Die Welt, reconnu ce nouveau problème lors d'une réunion avec la commission d'enquête sur le scandale des émissions faussées, qui a éclaté à la fin septembre.

La commission d'enquête, mise sur pied par le ministère allemand des Transports et de l'autorité automobile (KBA), a suggéré au constructeur de préparer un rappel des véhicules concernés.

«Si une erreur de logiciel influence la consommation et donc les émissions de CO2 d'un véhicule, il faut se demander si l'autorisation de mise en circulation (de ce véhicule) est encore valable», a déclaré au journal un membre de la commission d'enquête.

«Probable» simple résolution

Mais il est «probable» que le problème puisse être résolu dans le cadre de simples inspections, indique Die Welt.

Le colosse aux douze marques (dont Seat, Skoda, Audi ou Porsche, en passant par les camions MAN et Scania) doit déjà, suite au scandale des moteurs truqués, rappeler 8,5 millions de véhicules à partir de janvier en Europe. En Suisse, 128'802 véhicules possédant un moteur truqué sont en circulation. Les aspects techniques du gigantesque rappel ont été dévoilés mercredi.

(ats/afp)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!