Publié

FondationAprès le oui à l'initiative Minder, Ethos va embaucher

La fondation Ethos, qui conseille plus de 140 caisses de pension et fondations d'utilité publique, prévoit d'étoffer ses effectifs et de développer ses outils informatiques.

Dominique Biedermann, directeur de la Fondation Ethos.

Dominique Biedermann, directeur de la Fondation Ethos.

ARCHIVES, Keystone

L'acceptation de l'initiative Minder sur les rémunérations abusives va obliger Ethos à étoffer ses effectifs.

La fondation, qui conseille plus de 140 caisses de pension et fondations d'utilité publique, prévoit également de développer ses outils informatiques.

Ces mesures répondent à l'obligation désormais, pour les caisses de pension, de voter lors des assemblées générales d'actionnaires, a rappelé Dominique Biedermann, directeur de la Fondation Ethos, dans une interview parue dans La Libertéet L'Agefi. L'ampleur du recrutement de personnel n'est toutefois pas encore précisée.

Ethos emploie pour l'heure quinze personnes, avec trois stagiaires en renfort en période d'assemblées générales, qui se déroulent entre février et avril notamment. «Mais l'analyse des sociétés au sujet desquelles nous émettons nos recommandations prend chaque année davantage de temps, car les rapports annuels, et c'est heureux, sont toujours plus détaillés.»

Le oui sorti des urnes le 3 mars dernier devrait procurer du travail supplémentaire aux agences spécialisées dans le conseil de vote, à l'instar d'Ethos. Il ouvre donc un nouveau marché, puisque les institutions de prévoyance seront tenues d'exercer leur droit de vote à l'avenir, sous peine de sanctions.

(ats)

Ton opinion